Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Foire du livre de Francfort

    Le Canada entre deux chaises

    2 mars 2016 |Laura Pelletier | Livres
    Pour être l’invité d’honneur de la Foire du livre de Francfort, le Canada devrait débourser 4,2 millions de dollars.
    Photo: Michael Probs Associated Press Pour être l’invité d’honneur de la Foire du livre de Francfort, le Canada devrait débourser 4,2 millions de dollars.

    Alors que le Canada se voit attribuer une seconde chance d’être l’invité d’honneur de la Foire du livre de Francfort, cette fois en 2019, le bureau de la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, demande une extension pour répondre. Livres Canada Books, qui devait connaître la décision du gouvernement mardi pour la faire parvenir à la Foire, attend désormais de voir si l’extension sera acceptée, ou si le Canada doit rapidement se pencher sur le dossier pour éviter de voir cette occasion lui glisser entre les doigts.

     

    « J’espère qu’on ne perdra pas la face une deuxième fois, lance Caroline Fortin, présidente du comité Francfort de Livres Canada Books. Ça serait triste et très désagréable de perdre cette deuxième chance. Nous avons travaillé tellement fort sur ce dossier, beaucoup d’éditeurs ont fait du travail bénévole. »

     

    Elle s’étonne de la demande de sursis puisque la date limite de réponse (1er mars) est connue depuis le mois d’octobre et qu’elle laisse des messages au bureau de la ministre Joly depuis décembre, mais ne baisse pas les bras. L’attitude du gouvernement actuel semble très différente de celle du précédent, indique-t-elle. « Au moins, ils n’ont pas dit “ non ”. »

     

    La Norvège en attente

     

    La Norvège se trouve actuellement dans la situation opposée : elle n’a pas reçu l’invitation, mais se prépare depuis longtemps à prendre la place fort convoitée du Canada, advenant un refus.

     

    Sous le gouvernement canadien précédent, deux demandes de sursis avaient été acceptées. Mme Fortin craint toutefois quant à la demande actuelle. « Elle est plus tardive et il y a des limites à ce qu’on peut demander », indique-t-elle, d’autant plus qu’il s’agit d’une seconde chance donnée au Canada, cette fois-ci.

     

    Pour être l’invité d’honneur de la Foire du livre de Francfort, le Canada devrait débourser 4,2 millions de dollars. Le gouvernement canadien précédent avait refusé l’invitation pour des raisons budgétaires.

     

    Au moment d’écrire ces lignes, le cabinet de la ministre Joly n’avait pas répondu aux questions du Devoir concernant les raisons de ce retard. Dimanche, son attaché de presse avait toutefois affirmé que « la promotion des arts et de la culture, au Canada comme à l’étranger, est une priorité pour la ministre ».













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.