Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    De beaux livres jeunesse pour faire patienter les enfants

    28 novembre 2015 | Marie Fradette - Collaboratrice | Livres
    Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

    Noël. Un peu plus d’un mois et on y sera. Il se fait d’ailleurs déjà entendre et voir dans les publicités, dans les boutiques ou même dans certaines rues qui ont déjà revêtu leurs toilettes d’apparat. Alors, si le temps court à une vitesse folle pour les grands, les petits, eux, ont tendance à trépigner d’envie de voir cette période arriver. Afin de calmer leur hâte, voici quelques titres qui sauront remplir ces jours d’attente.


     

    Féérie de Noël dans les albums

     

    Les éditions Isatis offrent de jolis albums dans lesquels la poésie se mêle au quotidien et permet aux enfants de découvrir la musique des mots. Tout juste arrivé, Mon beau sapin,« c’est du bonheur en branches dans mon jardin / la promesse d’un parfum de saison dans la maison ». André-Anne Gratton propose un temps d’arrêt sur cet arbre, symbole de Noël, mais aussi partie intégrante de notre décor québécois qui, dans la campagne enneigée, devient « de la dentelle entourant les montagnes ». La simplicité et la beauté des vers se lient au trait tendre et léché d’Anik Gagnon dans lequel le détail invite aussi à la poésie.

     

    La montagne secrète publie quant à elle Le loup de Noël, un livre-disque écrit par feu Claude Aubry qui nous plonge dans un conte merveilleux. Griboux, un vieux loup fatigué et affamé, voit soudain de « ses yeux brûlants de fièvre tout au bas de la vallée papilloter de petites lumières ». Il s’approchera du village, espérant trouver quelques victuailles… La voix forte et grave de Michel Faubert, qui assure la narration, colle à l’esprit du loup et permet une adhésion à cet univers. S’ajoutent à l’histoire douze pièces de musique traditionnelle signées Bon Débarras et, enfin, Pierre Pratt donne vie au loup et au décor des villageois grâce à son trait puissant, hachuré qui apporte une dose de mystère à l’ensemble.

     

    Louis Émond nous fait pour sa part le bonheur d’un magnifique conte de Noël avec Le jouet brisé (La Bagnole). Jérôme Trottier, chômeur, accepte de jouer le père Noël dans un grand magasin. En route, il entend un petit qui pleure d’avoir brisé sa pelle mécanique et décide de lui venir en aide. L’apprenti père Noël jouera ainsi avec plusieurs enfants jusqu’à la finale qui nous rappelle que rien n’arrive jamais pour rien. Un grand format illustré tout en finesse et en douceur par Jean-Luc Trudel.

     

    Dans un tout autre registre, Mon petit cherche et trouve de Noël (P’tit Glénat) est un ouvrage tout simple dans lequel Sandrine Beau invite les tout-petits à développer leur sens de l’observation : trouver, parmi plusieurs, le bonhomme de neige sans nez, le père Noël sans moustache ou alors le biscuit grignoté, voilà quelques exemples de tableaux parmi les 12 qui forment le livre cartonné. Les illustrations amusantes et simples facilitent d’ailleurs le jeu.

     

    Bien qu’on se retrouve à mille lieues de l’esprit des fêtes, L’après-midi d’une fée (Seuil) a de quoi occuper les moments d’attente. Margot, fière de montrer son nouveau costume de fée, baguette magique incluse, à son amie Hortense passe l’après-midi à transformer les gens et objets autour d’elle jusqu’à ce que ça tourne mal. Dans les albums d’André Bouchard — et c’est ce qui fait sa force —, rien ne finit jamais comme on s’y attend. Et, à ce texte complètement loufoque, s’ajoute le trait un brin grotesque de l’auteur qui accroît le burlesque de l’album.

     

    Du côté des romans et de la bédé

     

    Après Noël c’est pas un cadeau, bédé hilarante dans laquelle on nous présentait le père Noël sous un nouveau jour, Alain M. Bergeron et Sampar récidivent cette année avec une bande dessinée du même acabit, mais dans laquelle ils mettent plutôt en scène quelques animaux. Kalamazoo (Michel Quintin), c’est une araignée obligée de vendre sa toile parce qu’un ruban collant lui vole ses proies, c’est un bébé caméléon qui se plaint que son frère l’imite tout le temps, etc. Le duo nous offre une suite de scènes dans lesquelles l’image vient compléter le texte et nous conduit le plus souvent vers une chute désopilante.

     

    Dans Opération Noël (Boréal), roman pour lecteurs débutants, quatrième de la série « Rouge tomate », Tom et ses amis ont l’idée de venir en aide aux plus démunis en préparant des paniers de Noël et en organisant une prestation de chant au centre d’hébergement. L’humour de Bourget s’allie à la candeur du héros et aux valeurs d’entraide et de solidarité qui font la réussite de cette mission. Enfin, le texte est sillonné du trait animé et gai de Jessica Lindsay, qui se marie agréablement à la fine plume de Bourget.

     

    Les fans de Sansoucy se ront heureux de retrouver leur héros dans une septième aventure intitulée La tempête. Qui dit tempête dit aussi congé d’école. Laurent espère alors profiter de ce cadeau pour passer une journée tranquille, mais l’arrivée de la très loquace Marianne fera boule de neige et transformera le calme prévu en journée plus qu’animée. L’humour d’Yvan de Muy est contagieux, tout comme celui de Morin dont le trait caricatural ajoute à l’effet comique de l’ensemble. Un titre à se procurer en attendant de pouvoir vivre les joies de l’hiver à plein.

     

    Les Dragouilles, petites patates bien connues, nous arrivent ici en format Complètement bd. Dans ce premier titre, on retrouve les mêmes personnages dans différentes situations. Présentées sous forme de courtes blagues, trois cases et quelques phylactères, les capsules ont un effet immédiat sur notre rate. L’absurde contenu dans les jeux de mots s’allie à la simplicité du trait, créant un ouvrage accessible qui mérite d’être partagé.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.