Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Étude canadienne

    L’édition francophone prospère alors que le livre anglophone décline

    15 septembre 2015 |Philippe Orfali | Livres

    Pendant que les éditeurs francophones du pays maintiennent leur bonne posture sur la scène internationale et au Canada, le milieu de l’édition de langue anglaise vit l’une des pires crises de son histoire, révèle une étude interne de l’industrie dont Le Devoir a obtenu copie.

     

    La dernière décennie a été sombre pour le livre canadien-anglais : les éditeurs de l’autre solitude ont vu leurs revenus totaux passer de 150 millions en 2005 à un peu moins de 85 millions en 2014, une chute de 43 %, démontre une étude commandée conjointement par l’Association nationale des éditeurs de livres (ANEL) et Livres Canada Books, connue autrefois sous le nom de l’Association pour l’exportation du livre canadien.

     

    Au cours de la même période, les ventes totales de livres de langue française ont crû de 9 %, de 157 millions à 172 millions, bien que les revenus provenant de l’exportation soient passés de 38 à 36 millions. « Les revenus des éditeurs francophones et anglophones étaient similaires en 2005, mais, en 2014, les revenus des éditeurs francophones représentaient le double de ceux des éditeurs anglophones. Dans la même veine, les exportations des éditeurs de langue française représentaient autrefois un peu moins des deux tiers de ceux des éditeurs de langue anglaise, mais en 2014, elles les ont surpassées de quelques points », note le document de 80 pages.

     

    Ces données étonnent la professeure de marketing de HEC Montréal Johanne Brunet, qui se spécialise dans l’industrie culturelle. « Deux choses peuvent expliquer la situation des éditeurs anglophones : la concurrence est beaucoup plus forte chez les anglophones en raison des États-Unis. Il faut aussi se demander si le livre canadien-anglais jouit d’autant d’aide financière [que le livre québécois]. L’environnement est très différent. La concurrence est beaucoup plus féroce en anglais. »

     

    L’étude a été préparée et diffusée à l’interne en 2014, mais n’a jamais été rendue publique à la demande de Livres Canada Books — un organisme bilingue qui a le mandat d’aider les éditeurs canadiens à vendre leurs titres à l’étranger — de crainte de susciter le mécontentement, ont indiqué des sources au Devoir.

     

    Directeur général de Livres Canada Books, François Charette soutient que l’étude sera enfin publiée « dans les prochaines semaines », après avoir passé des mois sur une tablette. « À ce moment-là, on va être en mesure de diffuser un communiqué et de donner plus d’informations sur l’étude en question, […] expliquer la contextualisation des chiffres », a-t-il ajouté.

     

    Pas de lien avec Francfort

     

    Si certains, dans le milieu du livre, ont tenté d’établir un parallèle entre le refus par Ottawa d’appuyer la présence du Canada à titre d’invité d’honneur de la Foire du livre de Francfort en 2017 et la performance décevante des éditeurs canadiens-anglais par rapport à leurs confrères francophones, il n’en est rien, selon les intervenants consultés.

     

    Chez Québec Amérique, Caroline Fortin, une des personnes qui ont piloté le projet de participation canadienne à la Foire de Francfort, souligne que de grandes maisons d’édition canadiennes ont été acquises par des intérêts américains, ce qui peut avoir une influence sur les données recueillies. Un autre phénomène a également pris de l’ampleur, souligne Antoine Tanguay, d’Alto : de grands auteurs canadiens-anglais, qui éditaient autrefois leurs livres ici même avant de les exporter, disposent désormais d’agents à l’étranger. « Patrick de Witt [de Vancouver], avec son livre Les frères Sisters, est publié par un éditeur canadien… qui n’est pas le premier éditeur. De Witt s’est pris un agent en Angleterre, qui a réussi à vendre les droits dans trente pays », dit-il. L’essentiel de ces revenus ne revient ainsi pas en sol canadien.

     

    Les auteurs canadiens ont peut-être aussi moins rayonné ces dernières années, émet-il comme hypothèse.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.