Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Les Québécois sont-ils condamnés à la servitude?

    7 septembre 2013 |Louis Cornellier | Livres
    Ce peuple qui ne fut jamais souverain
    La tentation du suicide politique des Québécois

    Roger Payette et Jean-François Payette
    Préface de Pierre Drouilly
    Fides
    Montréal, 2013, 280 pages

    Selon Jean Laponce, professeur émérite de l’Université de la Colombie-Britannique, 190 référendums sur la souveraineté se sont tenus dans le monde (en excluant l’Amérique du Sud), de 1791 à 2009. Seulement trois d’entre eux ont été des échecs : celui de Chypre, en 2004, et les deux référendums québécois de 1980 et 1995. La constatation fait mal. Peut-on parler, dans ces conditions, de servitude volontaire pour désigner l’attitude des Québécois ?

     

    L’historien Roger Payette et son fils, le politologue Jean-François Payette, sont tentés par cette conclusion, mais préfèrent parler, plus précisément, pour définir la « posture morale » du peuple québécois, d’une « espèce d’aveuglement devant une subordination politique ». Dans Ce peuple qui ne fut jamais souverain. La tentation du suicide politique des Québécois, les Payette essaient de comprendre les causes de ce déni et de cette résignation afin d’inviter leurs compatriotes à les surmonter. « Nous espérons, écrivent-ils, attiser chez les Québécois le feu de la liberté d’agir, les sortir de cet enfermement politique pour qu’ils pratiquent collectivement enfin cette emprise sur le monde. »

     

    Cofondateur du RIN, Marcel Chaput, au début des années 1960, formulait le credo indépendantiste. « Il est utopique pour un peuple de vouloir accéder à son plein épanouissement culturel et social sans posséder la maîtrise politique de ses destinées », écrivait-il. Or, le peuple québécois ne fut jamais souverain. « L’histoire, rappellent les Payette, commence avec la France à l’époque de la Nouvelle-France, se poursuit avec la Grande-Bretagne au temps de l’occupation anglaise et s’institutionnalise et se cristallise avec le Canada depuis sa formation en 1867. » Une telle expérience historique laisse des marques dans la psyché individuelle et collective. « Cet état de fait, notent les essayistes, structure et cimente une vision de soi inscrite dans la sujétion comme la normalité de son être collectif. »

     

    Une option illusoire

     

    Incapables d’opter clairement pour la pleine souveraineté politique, les Québécois se réfugient dans une option politique illusoire et irréaliste consistant à espérer une réforme de la fédération canadienne qui accorderait une autonomie accrue au Québec. Or, l’affaire est de plus en plus claire, le Canada ne veut rien savoir d’une telle réforme qui, de toute façon, n’aurait pour effet que d’adoucir la subordination du Québec au Canada. Ainsi privés de la souveraineté politique, qui seule permet d’avoir une véritable emprise sur le réel - nous sommes, écrivait Fernand Dumont, « des êtres sans prises dans l’aventure humaine ». Le peuple québécois est en voie d’« acadianisation », selon la formule du sociologue Jean-Philippe Warren, citée par les Payette.

     

    « Les Québécois francophones, explique Warren, sont marginalisés politiquement et se voient donner la perspective culturelle comme voie de repositionnement. » Or, un projet culturel détaché du politique, c’est-à-dire privé du pouvoir d’une action globale et souveraine, permet, au mieux, la survivance, avec ses effets délétères sur l’estime de soi, et mène, au pire, à la déliquescence.

     

    Les Payette, en ce sens, n’hésitent pas à évoquer une éventuelle louisianisation du Québec. « De 100 % de la population canadienne en 1760, notent-ils, le Canada-Est n’en représente plus que 60 % en 1840, le Québec 26 % en 1986 et 23 % à peine au tournant des années 2010. Même au Québec, la dominance du fait français est grugée et peine à convaincre les nouveaux arrivants de se joindre à lui [sic]. Par son immobilisme, c’est sa “louisianisation” à laquelle le peuple québécois ouvre les bras, avec enthousiasme pour certains. »

     

    Un devoir moral

     

    Fortement inspirés par les thèses de l’historien indépendantiste Maurice Séguin, Roger et Jean-François Payette insistent : pour se développer librement, un peuple a besoin de maîtriser tous les domaines de la vie collective, c’est-à-dire de se constituer en communauté politique, « aujourd’hui assimilée à l’État-nation ». Ils vont même jusqu’à présenter ce projet comme un devoir moral. « Refuser de disposer des moyens de se déterminer soi-même et confier à autrui son destin constituent, écrivent-ils, une grave faute morale et une erreur de perspective ontologique. […] Ne vaut-il pas mieux, alors, saisir collectivement toute l’emprise possible sur notre environnement et se déterminer en peuple libre que de renoncer à cette possibilité et se déterminer en peuple assujetti ? »

     

    Mais d’où pourrait venir la détermination des Québécois à s’emparer de leur pleine liberté, étant donné l’expérience historique de sujétion politique qui est la leur ? Chaque fois qu’ils se sont approchés du politique au sens fort (projet patriote, deux référendums), reconnaissent les Payette, « ils s’y sont blessés, subissant échec et humiliation » et se cramponnant, ensuite, « à la survivance et à leur provincialisme rassurant » ou, plus récemment, à un individualisme de repli.

     

    Cette dépendance politique, malgré tout, n’a pas eu raison de leur résistance. « Il y a là, selon nous, la démonstration d’une vigueur apte à soutenir le projet d’un État global », concluent les auteurs, en insistant sur le fait que la souveraineté ne proviendra pas d’une concession du gouvernement fédéral, « mais bien d’une nation québécoise qui voudra vivre librement en mobilisant ses membres et ses forces politiques pour arracher à la puissance tutélaire fédérale sa pleine souveraineté ».

     

    Parfois jargonneux, cet essai à la syntaxe un peu lourde (et parfois douteuse) actualise néanmoins avec force des idées naguère brillamment défendues par les Maurice Séguin, Hubert Aquin, André d’Allemagne, Pierre Bourgault, Jean Bouthillette et Daniel Jacques. Son savant et pressant appel à faire l’indépendance du Québec sonne juste, comme un chant de liberté.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel