Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Une proposition «obscurantiste», selon l’Institut économique de Montréal

    Le CALQ, la SODEC et BAnQ appuient la réglementation sur le prix unique du livre

    27 août 2013 | Frédérique Doyon | Livres

    L’Institut économique de Montréal n’a pas mâché ses mots pour décrire la proposition de réglementer le prix du livre qui fait actuellement débat à Québec. « Anachronique, néfaste et obscurantiste », la mesure donnerait forme à un « cartel légal », selon les propos de Youri Chassin tenus lundi devant la commission parlementaire.

     

    Le livre a beau être un produit particulier, parce que culturel, il est aussi un bien économique, relève-t-il. « Si on limite les rabais [à 10 % pendant neuf mois, selon la mesure à l’étude], on augmente le prix moyen des livres au Québec. Et augmenter le prix du livre, ça signifie en diminuer les ventes », a-t-il affirmé, en s’appuyant sur des calculs économétriques basés sur des hypothèses.

     

    Même si cet impact hypothétique est loin de faire l’unanimité, le think tank de droite a pris le soin de l’inclure dans l’énoncé de la question d’un sondage commandé en avril à la firme Léger Marketing - par « mesure charitable » - pour connaître l’avis des Québécois sur une éventuelle réglementation. Résultat : 65 % des répondants étaient en désaccord.

     

    L’Institut économique de Montréal (IEDM) a repris à peu près les énoncés de sa note économique de février dernier, qui concluait qu’un prix réglementé réduirait la vente de livres de 17 % et ferait augmenter les prix. La petite étude en a fait sourciller plusieurs qui soulignaient sa prémisse partiale : des rabais moyens de 20 % sur les livres en librairies (indépendantes et chaînes), alors que ces rabais sont dans les faits pratiquement inexistants…

     

    La semaine dernière, l’Association des libraires du Québec citait des experts qui contredisent les conclusions de l’IEDM : l’Institut de recherche et d’information socioéconomique estime qu’un prix réglementé aurait un effet minimal (inférieur à 1,8 %) sur les ventes ; Francis Fishwick, spécialiste de réputation mondiale en économie du livre et de la concurrence, s’appuie sur plusieurs analyses récentes pour démonter les « affirmations indéfendables » de l’IEDM. C’est plutôt l’absence de prix fixé qui tend à faire monter les prix, comme l’expert l’a observé en Grande-Bretagne.

     

    Le Conseil canadien du commerce de détail (CCCD) écarte lui aussi le prix plancher proposé par le milieu.

     

    « La réglementation n’est pas une solution durable. Elle réduira la demande ; dire le contraire, c’est ignorer les règles du marché », a déclaré Nathalie St-Pierre, vice-présidente pour le Québec. Elle assure que certains de ses membres ont mesuré l’impact des hausses et des baisses des prix sur les ventes de livres…

     

    Selon elle, la mesure législative ne protégera pas les librairies des « tendances lourdes » en cours dans les habitudes de consommation (le peu de fidélité des consommateurs qui cherchent le meilleur prix, qui préfèrent regrouper leurs achats dans un même détaillant, aller en ligne pour gagner temps et argent). Elle a ensuite rapporté que les experts de l’alimentation prévoient que la moitié des achats se feront dans des magasins à escompte en 2017.

     

    Un bon point de départ

     

    Le Conseil des arts et lettres du Québec (CALQ) qui soutient les auteurs et organismes littéraires, la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) qui soutient les entreprises, et Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) ont appuyé la proposition de légiférer pour un prix plancher. Tout en proposant une série d’autres mesures pour aider le milieu, le CALQ juge la réglementation « pertinente et utile » parce qu’elle permet à tous les acteurs de la chaîne d’en profiter et d’assurer que la diversité des voix d’auteurs notamment québécois rejoigne le plus leur public.

     

    Pour la SODEC, la réglementation est un « bon point de départ » à la révision de la loi qui devrait être faite et assure un « marché mieux équilibré sur l’ensemble du territoire ». Tous trois insistent : il faut étendre l’application de la mesure au livre numérique.

     

    Les prochaines et dernières séances de la commission parlementaire sur la réglementation du prix du livre se dérouleront les 17, 19 et 20 septembre. On y entendra notamment Costco, l’ADELF (Association des distributeurs exclusifs de livres en langue française), des libraires en région et la librairie indépendante Olivieri, les éditeurs Septentrion et Boréal ainsi que le point de vue de l’ADISQ.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel