Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Les têtes d’affiche du Salon du livre de Montréal

    31 octobre 2012 |Le Devoir | Livres
    Le philosophe Georges Leroux est un des neuf écrivains à l’honneur du 35e Salon du livre de Montréal.
    Photo: Pedro Ruiz - Le Devoir Le philosophe Georges Leroux est un des neuf écrivains à l’honneur du 35e Salon du livre de Montréal.
    Consultez la liste des activités du Salon et celle des auteurs présents
    Il y eut d’autres grandes foires du livre dans l’histoire de la métropole, mais c’est bien la 35e en continu que propose cette année, du 14 au 19 novembre, à la Place Bonaventure, l’équipe du Salon du livre de Montréal, sur le thème « Les auteurs en tête d’affiche ». Au programme ? Plus de 950 kiosques et quelques centaines d’auteurs.

    Mardi matin, l’annonce faite au public par les organisateurs était pilotée par Georges-Hébert Germain, toujours président d’honneur de l’événement cette année. Il a profité de l’occasion pour présenter les neuf écrivains qui seront à l’honneur : le philosophe Georges Leroux, le vulgarisateur scientifique Normand Mousseau, l’auteur jeunesse Bruno St-Aubin ainsi que la bédéiste et illustratrice Mélanie Watt. On trouvera aussi, toujours au nombre des invités d’honneur, le Français Grégoire Delacourt, auteur du récent La liste de mes envies, Laurent Gaudé, lauréat du Goncourt 2004, ainsi que la romancière populaire Mylène Gilbert-Dumas et le Belge Armel Job, récompensé notamment par les prix Jean-Giono et Georges-Simenon. Marie-Renée Lavoie, finaliste au prix France-Québec 2011, est aussi l’invitée du Salon.


    Les « Confidences d’écrivains » sont de nouveau au menu cette année. Les auteurs s’y confieront à Gilles Archambault et à Danielle Vaillancourt dans l’un ou l’autre des espaces prévus à cet effet. Plusieurs tables rondes sont aussi au programme. Pour leur animation, le Salon compte sur des gens d’expérience, tels Jean Fugère, Pierre Cayouette, Claudia Larochelle, Normand Cazelais, Elsa Pépin et Gérald Fillion.


    Parmi la pléiade d’activités et d’animations jeunesse, les petits trouveront leur compte à L’heure du conte en pyjama, où ils pourront entendre les histoires de Winnie la sorcière, de Bïa, de Bruno St-Aubin et de Mélanie Watt.


    Il faut aussi prêter attention à l’événement « La lecture en cadeau ». Lancée par la Fondation pour l’alphabétisation et appuyée par le Salon du livre de Montréal et de nombreux libraires, La lecture en cadeau recueille vos dons de livres neufs pour les redistribuer aux enfants de milieux peu favorisés à l’occasion de la Journée de la lecture au printemps 2013. Il suffit d’acheter un livre et de le déposer dans la boîte prévue à cet effet au Salon.


    Devant la nuée de caméras de télévision réunie pour le dévoilement de la programmation, Georges Leroux a exprimé à quel point il était heureux d’associer pour l’occasion sa voix à l’expression de solidarité des écrivains d’ici envers leurs pairs incarcérés dans plus de 35 pays. Cette initiative, « Livres comme l’air », est conduite conjointement par Amnistie internationale, l’Union des écrivaines et écrivains québécois (UNEQ) et le Centre québécois du P.E.N. international.


    Georges Leroux a rappelé qu’en latin les mots « livre » et « liberté » renvoient exactement à la même racine. « Les enfants étaient d’ailleurs nommés de ce nom-là, parce qu’ils incarnent aussi la liberté. » Un très joli proverbe latin, dit-il, joue sur ce rapport entre l’écriture et la liberté en affirmant qu’un homme peut écrire des livres ou bien avoir des enfants, la liberté de l’un et de l’autre étant étroitement associée.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.