Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Bédé - L'absurde, dans un futur près de chez nous

    21 avril 2012 | Fabien Deglise | Livres
    Motel Galactic
    Tome 2: Le folklore contre-attaque
    Pow Pow
    Montréal, 2012, 102 pages
    Nous sommes en 2514, l'univers entier parle joual et forcément, un jour, quelqu'un, au coin d'un feu, dans un Québec qui ne se ressemble plus, finit par se demander pourquoi.

    Bien sûr, la réponse à cette énigme est alambiquée. Elle donne aussi corps au tome II de Motel Galactic, Le folklore contre-attaque (Pow Pow), fable futuriste et vachement loufoque signée Pierre Bouchard et Francis Desharnais — le talent derrière la série Burquette —, qui une nouvelle fois viennent poser un regard critique sur le présent. En passant par l'absurde et en l'inscrivant dans un futur près de chez nous.

    Sur 102 pages, il y est donc question de trois référendums perdus — ceux de 2013, de 2017 et de 2020 — et de la course à la présidence de Guy Laliberté, «un ancien pouilleux de Baie-Saint-Paul», aux États-Unis. Il va faire campagne uniquement en français. Il va gagner.

    Et puis viendra une histoire de clone manqué, baptisé Guy Laliberté 2.0, qui va se créer un «général ratoureux», Darte Brador, un truc étrange avec l'autorité de la mère de la petite Aurore, le charisme de Jean-Paul Belleau — le bellâtre Des dames de coeur campé dans les années 80 par Gilbert Sicotte — et la radinerie de Séraphin Poudrier. Ensemble, avec l'aide de la «garde péquiste», «une armée ben spéciale», ils vont prendre le contrôle de l'univers. Mais «les budgets» seront équilibrés.

    Absurde, vous avez dit? Cette deuxième incursion dans l'univers du Motel Galactic l'est sans l'ombre d'un doute, avec toujours cette grosse pointe d'ironie, de sarcasme qui se répand dans le trait volontairement grossier de Bouchard et le scénario grotesque de Desharnais, et qui, au final, fait que la farce est peut-être un peu à prendre au sérieux.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel