Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    L'éditeur Pierre Bourdon passe chez Renaud-Bray

    23 juin 2011 |Jean-François Nadeau | Livres
    Pierre Bourdon<br />
    Photo: Jacques Grenier - Le Devoir Pierre Bourdon
    L'éditeur Pierre Bourdon n'entreprendra pas la prochaine saison à la barre des éditions de l'Homme. Après 11 années à la tête de cette maison d'édition généraliste, il quitte ses fonctions d'ici quelques jours pour occuper un nouveau poste de direction au sein des librairies Renaud-Bray.

    «J'ai toujours été passionné par les livres, tous les livres. Je viens d'une famille modeste où le livre comptait beaucoup. J'aime les livres, je les aime avant la littérature. C'est ce qui m'a toujours permis de défendre des genres différents. Et c'est ce que je vais continuer de faire.»

    Cet homme rieur à l'énergie communicative est devenu directeur des éditions de l'Homme en 2000. La maison, fondée en 1958 par Jacques Hébert, est connue pour son imposante production de beaux livres, de même que pour ses ouvrages pratiques et ses essais populaires. Les éditions de l'Homme publient plus de 100 titres par année. Une part importante de leur chiffre d'affaires est réalisé en France.

    En poursuivant sa carrière en librairie, Pierre Bourdon effectue en quelque sorte un retour aux sources puisqu'il a été lui-même libraire de 1974 à 1977, avant de travailler chez le distributeur Prologue puis de diriger les Messageries ADP, une des plus importantes agences de distribution d'imprimés au pays.

    «J'ai publié 110 titres par année depuis dix ans. La maison a regagné ses lettres de noblesse. Nous publions aussi bien les catalogues des grands musées d'État qu'un ouvrage sur la mafia.» Son meilleur coup? «Sans doute d'avoir construit une équipe solide. J'étais aussi heureux d'être là pour m'occuper du 50e anniversaire de cette grande maison. Je suis très fier de ce que nous avons fait.»

    Les éditions de l'Homme constituent le navire amiral de Sogides, un des piliers du pôle livre dont est propriétaire Quebecor Média. Le chiffre d'affaires de Sogides dépasse les 100 millions de dollars, ce qui le place au premier rang dans le secteur de la littérature générale au Québec. C'est Erwan Leseul qui devient le directeur des éditions de l'Homme. «Depuis neuf ans, Erwan est un bras droit exceptionnel et je pars en étant absolument certain qu'il est à la hauteur de l'histoire de la maison.»

    Nouvelle ère chez Renaud-Bray

    Pierre Bourdon agira désormais à titre de directeur des achats chez Renaud-Bray, un réseau qui compte 26 librairies. «C'est le patron lui-même, Blaise Renaud, qui est venu me repêcher. Disons que cette marque de confiance m'a beaucoup plu... Je veux faire une priorité du développement de nouveaux secteurs et de nouveaux marchés.»

    Pour lui, Blaise Renaud est un garçon talentueux. Il en parle comme d'un jeune homme plein d'idées et particulièrement dynamique. «C'est le Pierre Karl Péladeau de sa génération. À 26 ans, il est le patron d'une grosse boîte. Il dirige des centaines d'employés. C'est un jeune homme brillant, mais qui a besoin de gens expérimentés autour de lui.»

    Dans un entretien récent publié par le journal Les Affaires, Blaise Renaud, un jeune homme impulsif, estimait que, s'il était devenu directeur général à un si jeune âge, cela n'avait rien à voir avec son paternel, Pierre Renaud, un des fondateurs de la chaîne à laquelle il a donné son patronyme. «Je suis devenu directeur général après un long processus au cours duquel je me suis imposé en faisant mes preuves et en inspirant confiance.»

    Dans une lettre ouverte, les employés de l'entreprise ont répliqué en montrant du doigt les dégradations substantielles de leurs conditions de travail depuis l'entrée en fonction du fils du fondateur: horaires chambardés, congédiements, mesures autoritaires, telles des suspensions pour avoir critiqué en privé l'entreprise. Autre mesure dénoncée: l'entretien ménager des succursales les plus petites est assuré désormais par les employés afin de réduire les dépenses. Les employés, en outre, se sont vu retirer les tabourets assignés jusque-là aux différents postes de travail sous prétexte «d'offrir un meilleur service à la clientèle». L'optimisme de la nouvelle direction n'apparaît pas s'être communiqué à tous les échelons de la librairie...












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.