Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Des livres pour les enfants - Le Bonhomme Sept-Heures n'existe pas

    On peut lire toute la nuit!

    12 décembre 2009 |Caroline Montpetit | Livres
    Photo: Jacques Grenier - Le Devoir
    Les légendes se situent entre la réalité et la fiction, sans que la limite entre les deux soit jamais clairement établie. Bien des Québécois ont grandi sans savoir si le Bonhomme Sept-Heures allait vraiment kidnapper les enfants qui n'étaient pas dans leur lit à sept heures ou si le géant Beaupré, du haut de ses huit pieds trois pouces, transférait vraiment sa force herculéenne à qui le touchait.

    Et voilà que François Tardif et Delphine Bodet publient Légendes du Québec, aux éditions Parfum d'encre, pour lever le voile sur quelques-unes de ces histoires ou pour alimenter d'autres mystères encore. Petits et grands y trouveront leur compte, car certaines histoires donnent vraiment froid dans le dos. La Malédiction du pont de Québec, par exemple, qui rappelle que ce pont s'est effondré à deux reprises durant sa construction. Ce n'est qu'au troisième essai que le contremaître accepta la proposition d'un homme bizarre qui offrait ses services en échange de l'âme de la première personne qui traverserait le pont. Était-ce le diable en personne? Reste qu'un chat noir fut sacrifié et que le pont ne tomba plus jamais. Le recueil livre bien quelques secrets aux enfants, comme celui du Bonhomme Sept-Heures, qui n'est en fait qu'un bonesetter, un «ramancheux», ou encore un «réparateur d'os brisés» en traduction littérale. Lorsqu'il aide les gens en réparant leurs os, même si c'est pour leur bien, les gens crient de douleur, ce qui fait peur aux enfants. Le Bonhomme Sept-Heures n'existe pas, donc, c'est le livre qui l'a dit. Et c'est tant mieux parce qu'il reste encore tant de livres et tant d'histoires à lire avant de dormir. Et justement, en voici quelques-uns.

    Aux éditions de l'Homme, les jeunes amoureux de la nature plongeront dans l'Atlas illustré de la vie sauvage, où l'on localise la faune selon son habitat à travers la planète. On y apprend que le lynx a des pattes énormes par rapport à sa taille, qui lui servent de moufles dans la neige, que les chauves-souris blanches nichent leurs tout-petits dans une feuille repliée et que les hippopotames montrent leur mécontentement en ouvrant grande leur gueule. Les espèces menacées sont identifiées par un petit éclair sur fond rouge ou jaune, selon la gravité de leur cas. Pour les plus jeunes, toujours dans le monde animal, les éditions Milan jeunesse proposent la collection «Ouvre l'oeil». On y trouve Montre tes fesses, par exemple, où l'on doit deviner la nature d'un animal en regardant son derrière, avant d'en apprendre plus sur ses habitudes. Petit, petit, petit reprend le principe sur le thème des petits de différentes espèces.

    Dans L'Intelligence des animaux, paru chez HMH Hurtubise, les enfants plus vieux apprendront que l'homme n'est pas le seul animal à accomplir de fabuleuses prouesses. Le singe vervet, par exemple, possède trois cris d'alerte différents, selon qu'il est menacé par un léopard, par un serpent ou par un aigle martial. Lorsque le singe voit un léopard, son cri avertit les autres singes qu'ils doivent se réfugier sur les petites branches, trop fragiles pour supporter le poids du félin. S'il voit un serpent, son cri dit aux autres de se dresser sur leurs pattes pour repérer le reptile. S'il voit un aigle, il avertit les autres de se cacher dans les buissons jusqu'à ce que l'oiseau de proie soit parti. Les éléphants, quant à eux, garderaient contact entre eux grâce à des infrasons transmis par le sol, qu'ils détectent à plusieurs kilomètres de distance grâce à leurs coussinets plantaires. Les scientifiques se demandent d'ailleurs si les dinosaures n'ont pas été capables eux aussi, à leur époque, de détecter les infrasons.

    Parlons-en, des dinosaures. Ils n'ont sans doute jamais été aussi populaires que 65 millions d'années après leur disparition. Tous les parents d'enfants de moins de dix ans le savent.

    Pour les satisfaire et pour instruire les parents qui auraient besoin de soutien dans leurs tâches éducatives, Terribles dinosaures paraît chez Milan jeunesse, où les petits passionnés pourront identifier le diplodocus et le stégosaurus, pour nommer les plus connus, mais aussi l'ophtalmosaurus, dont les yeux mesuraient dix centimètres de diamètre (!), ou encore le mussaurus, un tout petit dinosaure, de 18 centimètres de long, qui tient dans une main. Plus sérieux, et s'adressant aux plus vieux, Chasseurs de dinosaures, publié au Courrier du livre, propose un voyage aux sources de la paléontologie. Rédigé en collaboration avec le Musée américain d'histoire naturelle, ce livre propose d'aborder la paléontologie à travers l'histoire de ceux qui l'ont créée et étudiée.

    Monstrologie pour tous

    Pour pousser plus loin la monstrologie, proposons donc Monstrologie, justement, toujours chez Milan jeunesse, où les plus intrépides s'amuseront à identifier le Yéti, par exemple, ou d'autres bêtes monstrueuses et anciennes, comme la licorne d'Arabie, le griffon, le phénix ou le centaure. Dans la même veine, et chez le même éditeur, paraît Les Géants, dans la collection «Histoires secrètes». On y apprend des choses de première nécessité, par exemple que l'orteil d'un géant peut éclairer le ciel ou que la pierre agate protège contre les morsures de serpent et de dragons.

    Mais restons donc dans la fiction, puisqu'on y est revenu de plain-pied. Chez Dominique et compagnie paraît La Vraie Histoire de Léo Pointu, où l'on suit la savoureuse saga d'un affûteur de couteaux ambulant qui doit faire face à la concurrence des grandes surfaces. Dans Le Géranium, publié aux éditions du Marchand de feuilles, un grand-père chien, voyageur de grand chemin, apprend à trouver le bonheur ailleurs que dans la fortune. Quant à La Mélodie des tuyaux, c'est un conte musical de Benjamin, raconté sur un CD par Olivia Ruiz et publié aux éditions du Seuil jeunesse. Un jeune garçon y fait la rencontre de gitans qui lui font découvrir son talent musical.

    C'est donc le temps d'aller au lit, tant pour les grands que pour les petits, à moins que, comme le suggère le titre d'un ouvrage publié chez Imagine, Papa a peur des monstres, vous n'ayez peur des monstres au point de refuser de vous coucher et n'essayiez de les faire fuir de toutes sortes de façons. Aux petits maintenant de vous rassurer, peut-être avec d'autres histoires encore, s'ils en connaissent.

    ***

    Légendes du Québec
    François Tardif et Denise Bodet
    Parfum d'encre
    Québec, 2009, 113 pages


    Atlas illustré de la vie sauvage
    Éditions de l'homme
    Montréal, 2009, 287 pages


    L'intelligence animale
    Sally Boysen, avec la collaboration de Deborah Custance
    Hurtubise HMH
    Montréal, 2009, 192 pages


    Petit, petit, petit
    et Montre tes fesses
    Milan jeunesse, «Ouvre l'oeil»
    Toulouse, 2009


    Terribles dinosaures
    Textes du professeur Robert Mash
    Milan jeunesse
    Toulouse, 2009


    Chasseurs de dinosaures
    Dr Lowell Dingus et Dr Mark Norell
    Courrier du livre
    Paris, 2009, 65 pages


    Monstrologie
    Encyclopédie des bêtes légendaires
    Milan jeunesse
    Toulouse, 2009


    Les Géants
    Ari Berk
    Milan jeunesse
    Toulouse, 2009


    La vraie histoire de Léo Pointu
    Rogé
    Dominique et compagnie
    Montréal, 2009


    Le Géranium
    Mélinda Josie
    Marchand de feuilles
    Montréal, 2009, 45 pages


    La mélodie des tuyaux
    Benjamin Lacombe
    Seuil jeunesse
    Paris, 2009, 38 pages


    Papa a peur des monstres
    Sophie Rondeau et Louise-Andrée Laliberté
    Éditions Imagine
    Montréal, 2009












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.