Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Salon du livre de Montréal - Tremblay reste le préféré du public

    La foire littéraire a attiré 120 000 visiteurs cette année encore

    24 novembre 2009 |Caroline Montpetit | Livres
    Michel Tremblay a remporté pour la troisième année consécutive le Prix du public du Salon du livre de Montréal.
    Photo: Jacques Grenier - Le Devoir Michel Tremblay a remporté pour la troisième année consécutive le Prix du public du Salon du livre de Montréal.
    Michel Tremblay est décidément aimé des Québécois. Il a en effet remporté hier, pour la troisième année consécutive, le Prix du public du Salon du livre de Montréal pour son livre La Traversée de la ville, le second d'une trilogie dont le troisième tome, La Traversée des sentiments, est paru cet automne chez Leméac.

    Le gagnant du prix de l'essai et du livre pratique, également remis par le public, est pour sa part Richard Béliveau, pour son livre La Santé par le plaisir de bien manger, paru aux Éditions du Trécarré. Richard Béliveau avait déjà gagné ce prix pour son livre, Les Aliments contre le cancer, chez le même éditeur. Ces deux prix, accompagnés d'une bourse de 2000 $, sont remis en collaboration avec La Presse.

    Au cours du week-end, le collaborateur du Devoir François Lévesque a gagné le prix Cécile-Gagnon, remis par l'Association des écrivains québécois pour la jeunesse pour son livre Matshi, l'esprit du lac, publié aux éditions Médiaspaul.

    Rappelons que, vendredi dernier, Lise Bissonnette, l'ancienne directrice du Devoir qui a également fondé Bibliothèque et Archives nationales du Québec, a reçu le prix Fleury-Mesplet, qui honore quelqu'un qui a activement contribué au progrès de l'édition québécoise.

    Au moment de recevoir ce prix, Lise Bissonnette s'est notamment indignée du programme scolaire qui fait en sorte qu'un professeur qui enseigne aux adolescents peut mettre sur le même pied Anne Hébert et un roman Harlequin.

    «Car ce n'est pas de la littérature qu'on enseigne, dit-elle, mais des tons et des genres. Ainsi, là même où il devrait être le plus incontournable, le devoir de proposition est formellement renié.» Il est donc temps, croit-elle, de s'attarder à la réforme de la réforme, comme le font les historiens.

    Par ailleurs, le président du Salon du livre, René Bonenfant, a affirmé hier que le Salon du livre de Montréal avait reçu 120 000 visiteurs cette année, soit autant que l'année dernière. Cette clientèle s'étalant depuis deux ans sur six jours plutôt que cinq, certains participants avaient pourtant l'impression d'une baisse de fréquentation, notamment les mercredi et jeudi derniers.

    Certaines activités du salon ont été très populaires. Chez Imagine, par exemple, la présence des comédiens de l'émission Toc, toc, toc, qui a inspiré une série de livres, a eu beaucoup de succès auprès des familles. Chez Boréal, les ventes de L'Énigme du retour, de Dany Laferrière, lauréat notamment du prix Médicis et du Prix du livre de la Ville de Montréal, ont enregistré, selon l'éditeur Pascal Assathiany, des records pour un titre vendu au Salon par Boréal. Enfin, l'événement Livres comme l'air, organisé par Amnistie internationale, et qui se porte à la défense des écrivains emprisonnés dans le monde, célébrait son dixième anniversaire au Salon du livre de Montréal cette année.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.