Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Colocs en stock - On ne touche pas à Tintin

    20 octobre 2009 | Marc Fournier - Tintinophile d'Alma | Livres
    Non mais! C'est une honte! Qu'un sociologue fasse une fixation sur le joual, tant pis pour lui, tant qu'elle demeure personnelle! Mais qu'une maison d'édition profite de l'occasion pour trahir le style d'une bande dessinée qui a bercé mon enfance et mon adolescence, c'est une honte!

    Oui, honte à Casterman et honte à vous, M. Yves Laberge [sociologue à l'origine de l'adaptation en français du Québec de la bande dessinée Coke en stock, de Hergé, éditée par Casterman]!

    « Cé ben de valeur », mais on ne touche pas à Tintin! Surtout pour le défigurer autant et le rendre absolument ridicule et grotesque. D'abord, le titre: « Colocs en stock », qu'est-ce que ça veut dire? M. Laberge aura-t-il d'autres lumineuses idées pour adapter les titres de la série? Préparons-nous à lire L'Oreille décrissée, La Bébelle d'Ottocar, Les Piasses en couleur de Red Raquam, On est allé s'promener sur la Lune, Les Jowells de la chanteuse.

    Farce monumentale

    À la fin des années soixante, j'ai appris à lire dans les albums de Tintin. Je les ai tous pieusement conservés. Lorsque je ne comprenais pas le sens d'un mot, je le cherchais dans le dictionnaire. Je ne suis ni linguiste ni grammairien, mais je suis fier de parler français. Je ne rejette pas les particularités langagières, la beauté de certaines expressions qui, souvent, proviennent du « vieux françois » que parlaient nos ancêtres. Ainsi, je trouve très joli le mot « aria » dont se sert mon beau-père pour désigner quelque chose de compliqué.

    Cependant, malgré le courant de sympathie soixante-huitard à l'égard du joual, j'affirme que le français dont il s'agit dans cette farce monumentale est l'expression de notre aliénation! Une langue appauvrie risque de produire une pensée pauvre. Si c'est cela que M. Laberge appelle le « français riche », j'ose espérer que son point de vue de sociologue restera isolé.

    J'ose espérer aussi que Casterman ne poursuivra pas l'aventure ridicule qui dénature l'oeuvre de Hergé. Tintin appartient d'abord à tous ceux et celles qui ont usé les pages de ses aventures.

    Français du Québec

    Le vendredi 2 octobre, je suis allé voir et entendre Fabrice Luchini au Grand Théâtre de Québec, en compagnie de ma fille de vingt-deux ans. Cet homme de théâtre a rendu un vibrant hommage au peuple québécois! « Si vous pouvez comprendre La Fontaine, Molière, Flaubert et Rimbaud, nous a-t-il dit dans une belle envolée lyrique, c'est parce que vous résistez ici depuis trois cents ans! »

    Une salve d'applaudissements a salué cette déclaration d'amour en faveur de la langue française enracinée ici, au nord de l'Amérique. Eh bien, moi, je continuerai de résister en parlant une langue française belle et noble, celle que j'ai apprise à mes enfants.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel