Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Bande dessinée - Lewis Trondheim obtient le Grand Prix à Angoulême

    30 janvier 2006 |Associated Press | Livres
    ALBERTO BOCOS GIL
Le Français Lewis Trondheim a rejoint le club très fermé des «Grands» de la bande dessinée après avoir reçu le Grand prix de la ville d’Angoulême pour l’ensemble de son oeuvre.
    Photo: Agence France-Presse (photo) ALBERTO BOCOS GIL Le Français Lewis Trondheim a rejoint le club très fermé des «Grands» de la bande dessinée après avoir reçu le Grand prix de la ville d’Angoulême pour l’ensemble de son oeuvre.
    Paris — L'Académie des Grands Prix du Festival d'Angoulême a décerné hier le Grand Prix 2006 de la ville d'Angoulême, l'une des plus prestigieuses récompenses dans le domaine de la bande dessinée, à l'auteur français Lewis Trondheim, pour l'ensemble de son oeuvre, a annoncé le Festival sur son site Internet.

    Lewis Trondheim succède au palmarès à Georges Wolinski, Grand Prix 2005 et président de l'édition 2006 de ce Festival, 33e du nom.

    Ce Grand Prix 2006 «marque symboliquement une vraie transmission entre générations, tout en consacrant l'un des talents les plus protéiformes surgis ces dernières années sur la scène de la bande dessinée», expliquent les organisateurs du Festival sur leur site.

    Le parcours de Laurent Chabosy, dit Lewis Trondheim, 41 ans, «est à l'image du personnage et de l'oeuvre: atypique, déroutant, prolifique, et incarnant une surprenante capacité à n'être jamais tout à fait là où l'on s'attendrait à le trouver», note le jury, composé des précédents lauréats de ce Grand Prix.

    Lewis Trondheim publie son premier ouvrage Psychanalyse en 1990, puis les albums vont se succéder à un rythme très soutenu, avec notamment Slaloms en 1993, couronné par un Prix Alph-Art Coup de Coeur en janvier 1994 à Angoulême. Cette date marque un tournant dans sa carrière: Trondheim commence alors à publier chez de «gros» éditeurs: Le Seuil, pour qui il signe Mildiou et plus tard La Mouche (un manga initialement publié au Japon chez Kodansha), et surtout Dargaud, chez qui il développe la série des Formidables aventures de Lapinot (dix volumes parus à ce jour).

    En 1998, Lewis Trondheim fait son entrée dans le catalogue Delcourt, en y installant une incroyable série d'«heroic-fantasy» conçue pour accueillir plusieurs centaines de volumes de multiples auteurs, Donjon, réalisée notamment avec Joann Sfar (l'auteur du Chat du rabbin), rappelle le Festival. Parallèlement, il continue à développer des oeuvres en solo comme la série pour enfants Monstrueux toujours chez Delcourt.

    Et les organisateurs de conclure: «En lui attribuant le Grand Prix de la ville d'Angoulême, le Festival fait un choix de sens à forte portée symbolique: à travers le couronnement de Lewis Trondheim, c'est un peu l'âme et le pivot de toute une génération qui vient d'être récompensé.»
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel