La fièvre du jeudi soir à la télé

Julie Ringuette et Olivier Dion
Photo: Élisabeth Cloutier Julie Ringuette et Olivier Dion

Le 8 janvier dernier, à quelques jours de la première de Face au mur, TVA a annoncé que ce jeu animé par Maripier Morin, qui devait être diffusé le mardi à 19 h dans un format de 60 minutes dès le 16 janvier, allait être en ondes le jeudi à 19 h 30 dans un format de 90 minutes dès le 18 janvier.

« Lorsque le producteur a commencé le montage des émissions, il s’est rendu compte que l’ampleur et la qualité du contenu recueilli ne permettaient pas de limiter celui-ci à 60 minutes. Le mardi ne nous permettait pas de diffuser une émission de 90 minutes. Par contre, nous avions la possibilité de la diffuser le jeudi », a expliqué par écrit Suzane Landry, directrice principale, chaînes et programmation.

En changeant de case horaire, Face au mur allait ainsi entrer en compétition avec 1res fois, émission de variétés animée par Véronique Cloutier à 20 h à Radio-Canada. Le 9 janvier, on apprenait que le gala hebdomadaire de Danser pour gagner, animé par Olivier Dion, allait être diffusé le jeudi à 19 h 30 à V dès le 25 janvier. La compétition s’annonce ainsi impitoyable le jeudi soir.

« Les cotes d’écoute jouent beaucoup plus pour les variétés que pour les dramatiques. Les dramatiques sont de plus en plus enregistrées ; on parle de 20 à 45 % d’enregistrement pour les dramatiques, alors que, pour les variétés, c’est 10 %, sauf exception. Dans le cas des variétés, la case horaire joue plus que pour les dramatiques, de là peut-être le mouvement de dernière minute de TVA », a dit Dominique Chaloult, directrice générale de la télévision de Radio-Canada, jointe par téléphone.

« Étant donné qu’il y a encore près de 3,5 millions de téléspectateurs qui choisissent d’écouter la télévision en heure de pointe, nous développons une stratégie de programmation qui répond aux attentes des téléspectateurs selon le genre d’émission et l’heure de la journée », affirme Mme Landry.

V sort de la danse

Le 12 janvier, voilà que V modifie sa programmation du jeudi soir. Le gala hebdomadaire de Danser pour gagner est déplacé le mercredi à 19 h 30. La quotidienne du concours de danse, animée par Julie Ringuette, sera alors diffusée les lundis, mardis et jeudis à 18 h 30, et le mercredi à 19 h. Une stratégie qui donne l’impression que la chaîne rend les armes avant même que se déclenche la guerre des cotes d’écoute du jeudi soir.

« D’emblée, nous avions programmé le grand direct de Danser pour gagner le jeudi soir, car on y voyait une contre-offre intéressante à celle des autres réseaux. On constate qu’il y a maintenant beaucoup de trafic le jeudi soir et on doit stratégiquement s’ajuster. Dans l’optique d’offrir la meilleure vitrine aux danseurs et au travail colossal des artisans de cette mégaproduction, il était judicieux de déplacer notre rendez-vous. On croit beaucoup en la force rassembleuse de cette émission et nous voulons lui donner toutes les chances, avec la meilleure fenêtre de diffusion où public, annonceurs et artisans seront le mieux servis » a déclaré par écrit Brigitte Vincent, vice-présidente, contenu, de Groupe V Média.

Alors que Radio-Canada, TVA et V rendent disponibles en ligne bon nombre de leurs émissions, le concept de bonne ou mauvaise case horaire est-il tombé en désuétude ?

« Avec une “émission-événement” comme Danser pour gagner, présentée en direct, le choix de la case horaire est important pour lui assurer le plus grand succès, tant à la télé que sur le Web. D’autant plus que nous invitons le public à voter pour sa prestation préférée. Pour valoriser une telle interaction avec le public, il faut s’assurer de diffuser dans une case horaire de choix. Et pour répondre aux besoins de nos annonceurs, il en va de même. La notion de “rendez-vous” demeure donc cruciale dans une programmation et notre offre », explique Brigitte Vincent.

« Depuis quatre ans, les stratégies de Québecor Contenu permettent de rejoindre encore plus de consommateurs avec le même contenu en le diffusant sur différentes plateformes, comme le Club Illico ou les chaînes spécialisées du Groupe TVA. Ces consommateurs ont des comportements d’écoute différents, certains préfèrent leur rendez-vous quotidien, et d’autres l’écoute en rafale », rapporte Suzane Landry.

« Mon premier objectif, quand je choisis une case horaire pour les produits, c’est que ce soit la meilleure case pour que les gens viennent voir l’émission. Je veux qu’elle rejoigne le plus de gens possible », dit Dominique Chaloult.

D’un écran à l’autre

Bien que les téléspectateurs prennent l’habitude d’enregistrer leurs émissions préférées ou migrent de plus en plus vers les plateformes numériques, la télé traditionnelle ne semble pas sur le point de disparaître.

« L’écoute en direct demeure ancrée dans les habitudes de consommation des Québécois [91 % de l’écoute se fait en direct pour TVA]. D’ailleurs, tous nos choix de programmation sont faits dans le but de rejoindre le plus grand nombre de téléspectateurs, afin de faire rayonner les contenus des créateurs, tout en choisissant le meilleur créneau horaire possible compte tenu du fait que les revenus publicitaires sont notre principale source de revenus », affirme Suzane Landry.

Et il n’y a pas qu’à TVA que la publicité est le nerf de la guerre. « Notre industrie repose en grande partie sur les revenus publicitaires, renchérit Brigitte Vincent, du Groupe V. Ce que nous vendons à nos annonceurs, ce sont des auditoires. On veut donc maximiser la popularité de nos productions, dans lesquelles nous investissons temps et argent. »

« À Radio-Canada, les revenus publicitaires, qui représentent 40 % des revenus, sont importants, mais je ne fais pas ma programmation en fonction de ceux-ci. Ce ne sont pas que les cotes d’écoute qui nous drivent à Radio-Canada, soutient Dominique Chaloult. Je ne juge pas comment les autres font leur programmation, mais moi, j’essaie vraiment de livrer la meilleure grille possible, la plus diversifiée possible, pour mes téléspectateurs. »

Danser pour gagner / Face au mur // 1res fois

V, les lundis, mardis et jeudis à 18 h 30, les mercredis à 19 h (quotidienne) et à 19 h 30 (gala). / TVA, les jeudis à 19 h 30. // Radio-Canada, les jeudis à 20 h.