Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?

    Programmation - Le fruit mûr de Danse Danse

    14 mars 2012 |Frédérique Doyon | Danse
    «Mission accomplie», a lâché hier en conférence de presse Pierre Desmarais, codirecteur de Danse Danse. Le rêve formulé en 1998 d'offrir la danse contemporaine sur un grand plateau d'argent au public montréalais est plus que réalisé. Danse Danse en cueille le fruit mûr pour ses 15 ans en proposant 12 spectacles l'an prochain, la saison la plus ambitieuse de son histoire.

    «Avec cette saison, on a le sentiment que le projet artistique est en train d'éclore, a précisé l'autre codirectrice, Clothilde Cardinal. C'est-à-dire une saison internationale, des créations québécoises, mais aussi de l'étranger, le soutien à la création, les résidences, les coproductions, l'appui financier concret aux oeuvres de la relève.»

    L'atmosphère de fête se reflète dans la programmation, qui démarre avec le triple programme des 40 ans de BJM Danse: Closer de Benjamin Millepied, Fuel de Cayetano Soto et une création de Barak Marshall. En mars, Margie Gillis célébrera ses 30 ans de carrière avec le trio The Light Between.

    Quelques nouveaux venus arborent un visage familier. La Canadienne Aszure Barton, vue chez BJM Danse en 2008, revient avec sa propre compagnie basée à New York présenter Busk et une création fraîche, Project XII. La troupe norvégienne Carte Blanche propose Corps de walk de Garon Bachar et Sharon Eyal, chorégraphe israélienne qui signait Bertolina pour la Batsheva Dance Company en 2007.

    Une filière israélienne se profile: outre Eyal et Marshall, on salue le retour du tonitruant Hofesh Shechter, avec Political Mother, pièce «coup-de-poing» pour dix danseurs et sept musiciens.

    Accueilli en solo à guichet fermé à la Cinquième Salle cette année, José Navas accède au Théâtre Maisonneuve avec sa pièce de groupe Diptych sur la musique de Bach. La grande dame du flamenco Maria Pages viendra aussi présenter Autorretrato, pièce très personnelle, introspective, créée à l'instigation de Mikhaïl Baryshnikov.

    De nouvelles voix et l'essentiel de la création québécoise se relaieront sur la scène de la Cinquième Salle, qui permet d'élargir le spectre des styles. Le doublé des Néerlandais T.r.a.s.h., Enchanted Room et T†Bernadette , annonce des performances extrêmes et décapantes. En marge des troupes officielles de Pékin, le Tao Dance Theater mêle danse formelle et arts martiaux dans 2 et 4, en cours de création.

    D'ici, on attend le nouvel opus déjanté signé Frédérick Gravel, entre danse, performance et concert rock. La troupe de flamenco contemporain La Otra Orilla y offrira aussi sa nouvelle pièce en janvier. Et c'est un tandem entre Sinha Danse et l'ensemble Constantinople, Sunya, qui fermera la marche en avril.

    À ce point, Danse Danse aura accueilli 109 compagnies, dont 44 québécoises, devant plus de 250 000 spectateurs.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel