Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Circassiens sur patins pour «Crystal»

    Le Cirque du Soleil propose son premier spectacle sur glace

    9 décembre 2017 | Caroline Montpetit à Chicago | Cirque
    Une des scènes rappelle l’ambiance d’un match de hockey, avec pirouettes et acrobaties époustouflantes au sommet des rampes installées pour l’occasion.
    Photo: Cirque du Soleil Une des scènes rappelle l’ambiance d’un match de hockey, avec pirouettes et acrobaties époustouflantes au sommet des rampes installées pour l’occasion.

    Le mariage semblait écrit dans le ciel depuis toujours, et voilà qu’il est officiellement consommé. Avec Crystal, son nouveau spectacle d’aréna, le Cirque du Soleil allie pour la première fois le patinage, acrobatique comme artistique, aux arts du cirque. Ce sont Shana Carroll et Sébastien Soldevila, couple au travail comme dans la vie, empruntés pour l’occasion à la direction de leur compagnie, Les 7 doigts, qui en signent la mise en scène.

     

    « Nous amenions notre fille de huit ans voir des spectacles de patinage artistique et nous nous disions qu’il y avait lieu de donner un nouveau souffle à tout ça », raconte Shana Carroll, rencontrée dans l’aréna de Hoffman, en banlieue de Chicago, alors que les artistes s’entraînaient pour le spectacle du soir. L’idée s’est peut-être aussi implantée au cirque à force de fréquenter les arénas, ces lieux qui ont précisément été conçus pour être parcourus sur lames.

     

    Trente des quarante artistes qui participent à Crystal chaussent des patins, dont quelques-uns qui ne savaient même pas patiner lorsque le travail de Crystal a commencé, en juin dernier. L’équipe a recruté autant dans le milieu du patinage artistique que dans celui du cirque.

    Nous amenions notre fille de huit ans voir des spectacles de patinage artistique et nous nous disions qu’il y avait lieu de donner un nouveau souffle à tout ça
    Shana Carroll
     

    Les incarnations de Crystal, par exemple, sont doubles, un artiste filant en patin sur la glace tandis que l’autre, rompue aux arts du cirque, porte ses numéros de trapèze. Le Cirque a une fois de plus bâti une histoire souple qui met en valeur ses numéros : celle de Crystal, une adolescente incomprise qui trouve refuge dans l’écriture et qui se crée un monde imaginaire dans lequel elle peut circuler à l’aise. Le Cirque du Soleil n’a pas choisi n’importe qui pour porter le patinage au niveau des arts du cirque. Kurt Browning, le champion mondial du patinage artistique, a créé les numéros de patinage, auxquels collabore Shawn Sawyer, également champion dans cette discipline.

     

    Le jongleur d’origine chilien Jorge Petit n’avait pour sa part chaussé des patins qu’une fois ou deux avant d’être recruté dans Crystal. « J’étais allé deux fois à la patinoire publique, pour m’amuser », dit-il. Depuis six mois, il a suivi un entraînement avec les meilleurs entraîneurs. « On a vraiment adapté la technique au patin, dit-il. On a eu de super bons entraîneurs, on a travaillé avec Kurt Browning. Ça m’a aidé pour aller plus vite. La technique de jonglerie qu’on utilise, ce sont des balles de rebond. Je n’ai jamais vu de jongleur faire ça avant, la balle de rebond sur glace en patin. »

    Photo: Cirque du Soleil «Je suis souvent seul dans les airs», dit Jérôme Sordillon au sujet de son numéro, au cours duquel il partage la glace avec la patineuse Nobahar Dadui, de Toronto, qui incarne Crystal.
     

    Le très grand avantage du patin, c’est évidemment la vitesse : cette vitesse fulgurante qui permet aux artistes d’occuper davantage d’espace, dans ces énormes arénas où le cirque produit ces plus gros spectacles depuis quelques années.

     

    Shana Carroll a aussi aimé jouer avec les sons et les silences des lames qui foulent la glace.

     

    L’élaboration du spectacle a tout de même nécessité quelques ajustements. Lorsque Jérôme Sordillon descend sur la glace durant son numéro de sangles, il doit être assuré que ses souliers lui permettent à la fois de freiner et de glisser pour poursuivre son travail. La costumière Julie O’Brien a d’ailleurs dû travailler sur 22 modèles de chaussures avant d’arriver à la chaussure idéale pour les pieds de Sordillon.

     

    « Je suis souvent seul dans les airs », dit Jérôme Sordillon au sujet de son numéro, au cours duquel il partage la glace avec la patineuse Nobahar Dadui, de Toronto, qui incarne Crystal. « C’est complètement différent et c’est pour ça que c’était intéressant. Il faut prendre son temps pour accrocher la glace. Même si j’ai des crampons, c’est sur la glace, donc ça glisse. Elle [Nobahar Dadui], elle a des patins, elle a de la vitesse. Et c’est son élément. »

     

    Pour les artistes de cirque, il faut aussi apprendre à se réchauffer plus longtemps, pour pouvoir performer dans l’air refroidi par la glace.

     

    Le patin ne semble en tout cas plus avoir de secret pour les performeurs du numéro de patinage acrobatique, dans une scène qui rappelle l’ambiance de match de hockey, avec pirouettes et acrobaties époustouflantes au sommet des rampes installées pour l’occasion en sus.

     

    Jorge Petit, quant à lui, vient de découvrir un univers. Nous l’avons croisé à Chicago, mais il n’était pas exclu qu’il se rende sur la glace d’une patinoire publique pour le seul goût de patiner, une fois de retour au Québec…

     

    Notre journaliste a séjourné à Chicago à l’invitation du Cirque du Soleil.

    Crystal
    Une production du Cirque du Soleil. Directeur de création : Stefan Miljevic. Mise en scène : Shana Carroll et Sébastien Soldevila. Chorégraphe : Geneviève Dorion-Coupal. En tournée à Québec du 13 au 17 décembre au Centre Vidéotron et à Montréal du 20 au 31 décembre au Centre Bell.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.