Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Cirque

    Plongeon circassien dans le Montréal des années 1940

    La troupe Les 7 doigts propose «Vice & vertu», un spectacle immersif et historique à la SAT

    6 avril 2017 |Caroline Montpetit | Cirque
    Au programme, notamment, une évocation assez convaincante des numéros de l’effeuilleuse Lili Saint-Cyr, dont Marilyn Monroe, dit-on, se serait inspirée.
    Illustration: Les 7 doigts Au programme, notamment, une évocation assez convaincante des numéros de l’effeuilleuse Lili Saint-Cyr, dont Marilyn Monroe, dit-on, se serait inspirée.

    C’est le Montréal des bouges, des bordels et des tripots, l’apogée du redlight suivie de son déclin qui seront au coeur du spectacle Vice & vertu, de la compagnie de cirque Les 7 doigts, présenté à la Société des arts technologiques cet été.

     

    Au programme, notamment, une évocation assez convaincante des numéros de l’effeuilleuse Lili Saint-Cyr, dont Marilyn Monroe, dit-on, se serait inspirée. Au milieu de cette vallée des plaisirs qu’était le Montréal du temps de la prohibition américaine, on retrouvera aussi l’ancien policier Pax Plante, et l’avocat et futur maire de Montréal Jean Drapeau. Ils représentent évidemment le côté « vertu » de la performance…

     

    Le tout se déroulera à la Société des arts technologiques, donc à deux pas des lieux mêmes du redlight de Montréal à ses heures de gloire. On y proposera aux participants une sorte de déambulatoire en plusieurs stations qui se déclinera sur l’ensemble des étages de la SAT, ainsi que sur la voisine place de la Paix. Les visiteurs pourront donc « voir, entendre, sentir et toucher » cette manifestation d’une époque perdue, promet-on. Le tout s’adresse à une clientèle de 18 ans et plus. Mercredi, Samuel Tétreault, directeur artistique des 7 doigts, racontait avoir puisé son inspiration entre autres dans les spectacles de Queen of the Night, et de Sleep No More, à New York.

     

    Le Centre d’histoire de Montréal, qui a monté récemment une exposition sur le sujet de Montréal, ville ouverte, a soutenu les créateurs du cirque dans cette recherche. La période couverte par le spectacle se déploie d’ailleurs de 1900 à 2017. On côtoiera d’ailleurs aussi les féministes Thérèse Casgrain et Léa Roback. Des projections tournées à 360 degrés devraient aussi nous entraîner près du pont Jacques-Cartier ou sur le belvédère de la montagne, là où les amoureux s’embrassent au petit matin.

     

    Par ailleurs, on invite le public à y respecter un certain code vestimentaire et à porter des vêtements d’époque. Les spectateurs peuvent ainsi devenir figurants, voire acteurs de certaines scènes.

     

    Le tout est présenté dans le cadre du Festival Montréal complètement cirque, et en collaboration avec les fêtes du 375e anniversaire de Montréal.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.