Hochelaga, terre des âmes

Photo: Les Films Séville

Dans cette fresque ambitieuse, un jeune archéologue (Samian) croit avoir découvert l’emplacement du mythique village iroquoien d’Hochelaga après un affaissement de terrain au stade Percival-Molson, sis au pied du mont Royal. À chaque artefact exhumé, une mémoire revisitée. Comme dans Le violon rouge, François Girard prend un point d’ancrage narratif, ici un lieu plutôt qu’un instrument, autour duquel il déploie plusieurs histoires. Cela, pour mieux n’en raconter qu’une. Film de la quête identitaire, thème fédérateur du cinéma québécois s’il en est, c’est aussi un film de la réconciliation, chaque sous-récit présentant une situation de métissage, de collaboration, d’ouverture, etc. Le niveau de jeu n’est certes pas toujours égal et certains développements apparaissent faciles, mais nombre d’idées séduisent. À terme, beauté et pertinence prévalent.

Notre critique complète

Horaire en salles

Hochelaga, terre des âmes

★★★ 1/2

Fresque de François Girard. Avec Samian, Gilles Renaud, Raoul Max Trujillo, Emmanuel Schwartz, Sébastien Ricard, Siân Philips, Wahiakeron Gilbert, Vincent Perez. Québec, 2017, 100 minutes.