Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Vitrine cinéma

    Le jeu de Molly (V.F. de Molly’s Game)

    23 décembre 2017 |François Lévesque | Cinéma

    Scénariste incontournable, Aaron Sorkin, lauréat d’un Oscar pour Le réseau social (Social Network), fait ses débuts comme réalisateur avec Le jeu de Molly, soit Molly Bloom, « princesse du poker » arrêtée par le FBI en 2013. Des Mémoires de cette dernière, Sorkin a tiré un cas classique d’ascension, de chute et de rédemption qu’il tente de vendre comme un pamphlet féministe tout en plongeant allègrement sa caméra dans le décolleté de sa vedette (formidable Jessica Chastain). Ironie suprême pour un as dialoguiste, c’est le texte, sa teneur surexplicative, qui coule le film. Il faut voir le père surgir in extremis pour expliquer à sa fille qu’il est la cause de tous ses tourments : du méta « mansplaining » s’il en est. La scène trahit surtout un refus de faire confiance au pouvoir d’évocation de l’image et au jeu des acteurs. Le réalisateur néophyte aurait gagné à miser un peu moins sur ses seuls mots et davantage sur le cinéma.

    Notre critique complète

    Horaire en salles

    Le jeu de Molly (V.F. de Molly’s Game)
    ★★ 1/2
    Drame biographique d’Aaron Sorkin. Avec Jessica Chastain, Idris Elba, Kevin Costner, Michael Cera, Chris O’Dowd. États-Unis, 2017, 140 minutes.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.