Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous
    Cinéma

    Maïmouna N’Diaye, la polyvalence incarnée

    Conversation avec la femme de théâtre et de cinéma à l’honneur aux Vues d’Afrique

    14 avril 2017 | Manon Dumais - Collaboratrice | Cinéma
    Maïmouna N’Diaye
    Photo: Kabili Demba Maïmouna N’Diaye

    Ce vendredi, le Festival international de cinéma Vues d’Afrique donne le coup d’envoi à sa 33e édition, au cours de laquelle seront présentés, jusqu’au 23 avril, plus d’une centaine de films en provenance de 37 pays. Célébration par excellence des cinémas africains et créoles, l’événement accueillera pour la première fois la polyvalente artiste Maïmouna N’Diaye, à qui l’on remettra le prix hommage du Conseil international des radios et télévisions d’expression française lors de la soirée d’ouverture à la Cinémathèque québécoise.

     

    Jointe à Ouagadougou, à quelques heures de son départ pour Montréal, Mme N’Diaye éclate de rire : « Je l’apprends ! Je ne sais pas du tout ce que c’est, que ce prix ! Je suis très honorée d’être invitée à Vues d’Afrique, car j’en rêvais depuis longtemps, mais chaque fois qu’on m’invitait, je ne pouvais pas y aller. Je trouve que ce prix est un honneur énorme pour une petite personne. »

     

    Lauréate du prix FEPASCO 2015 de la meilleure interprétation féminine pour L’oeil du cyclone du Burkinabé Sékou Traoré, Maïmouna N’Diaye possède plusieurs cordes à son arc. Ainsi, comme on le découvre dans le portrait d’Issaka Campaoré, qui sera projeté samedi après-midi avec Pas sans toi d’Hilaire Thiombiano et Ça tourne à Ouaga d’Irène Tassembedo, elle est auteure, réalisatrice, productrice et créatrice de bijoux.

     

    « Il y a plein de choses que je ne sais pas faire. Je brûle encore des plats et je casse parfois des verres, rigole-t-elle. Ce désir de toucher à tout me vient de ma mère, qui a toujours été très active, qui a toujours fait beaucoup de choses. Je viens d’un environnement où les femmes s’occupent de tout, du ménage, de la cuisine, des enfants, etc. Autant au cinéma qu’au théâtre, j’ai envie de donner la parole aux plus démunis, de faire réfléchir les spectateurs, de faire sourire les enfants, de faire rire les gens. »

     

    Vedette de la populaire série télé ivoiro-burkinabée Super flics, l’actrice se retrouvesouvent à incarner des justicières, tel son rôle d’avocate dans L’oeil du cyclone qu’elle avait d’abord créé sur les planches. « Ce n’est pas ma soif de justice, mais des coïncidences qui m’ont emmenée à jouer ces rôles. Ce n’est pas moi qui ai demandé ces rôles. Cela dit, je suis assez contente de mon rôle dans L’oeil du cyclone. »

     

    Née d’un père sénégalais et d’une mère nigériane, Maïmouna N’Diaye a passé son enfance en Guinée, puis a vécu en Côte d’Ivoire et au Burkina Faso. C’est lors de ses études en médecine en France qu’elle a découvert le théâtre. Après avoir obtenu son diplôme d’études théâtrales supérieures, elle a regagné l’Afrique. « Je me considère comme Africaine et c’est une chance que j’ai de venir de tous ces pays, d’appartenir à toutes ces cultures, de les mettre à profit. Je suis chez moi là où je me sens bien. Si j’ai quitté la France, c’est qu’il n’y a pas tant de rôles pour les acteurs africains. Je crois que c’est plus facile de mener ma carrière en vivant au Burkina Faso et en effectuant des allers-retours entre l’Afrique et l’Europe plutôt que de vivre en France. »

     

    Et ce, malgré les difficultés de percer dans un milieu dominé par les hommes. « Il y a de plus en plus de femmes dans le milieu de la culture, notamment dans la musique où l’on retrouve beaucoup de chanteuses. C’est toutefois plus difficile au cinéma, c’est un combat qui n’est pas fini. Le cinéma a longtemps été dominé par les hommes parce que certains n’acceptaient pas que leurs femmes travaillent dans ce milieu. Nous ne sommes pas des extraterrestres et nous sommes de plus en plus nombreuses à faire notre place au cinéma, même si ce n’est pas facile d’y gagner sa vie en Afrique. Je ne sais pas si les jeunes femmes me voient comme un modèle, mais je vois dans le regard des jeunes qui m’interpellent dans la rue que je peux en être un, et j’espère que c’est dans le bon sens », conclut Maïmouna N’Diaye.

    Le Maroc à l’honneur Prix de la réalisation au Festival de Tanger, La main de Fadma du cinéaste marocain Ahmed El Maamouni sera présenté en première nord-américaine à la soirée d’ouverture du 33e Festival international de cinéma Vues d’Afrique. Ayant élevé seule ses deux fils après le décès de son mari 25 ans plus tôt, une brave guide touristique de Marrakech (attachante Fadela Benmoussa) se rend en France auprès de son fils aîné qu’elle n’a pas vu depuis six ans. Elle découvre alors que sa petite-fille rejette son héritage arabe. Pendant ce temps, son fils cadet vivant à ses crochets décide enfin de se prendre en main. Une comédie dramatique tendre et lumineuse sur les liens familiaux et l’identité. Il n’y a pas qu’à la soirée d’ouverture que le Maroc sera à l’honneur. Ainsi, on pourra voir au cours des prochains jours A Mile in My Shoes de Saïd Khallaf, drame campé dans les bas-fonds de Casablanca, Pluie de sueur de Hakim Belabbes, lequel nous transporte dans la campagne marocaine, et Rajat Bent El Mellah d’Abdelilah Eljaouhary, documentaire sur Najat Bensallem, qui remporta les prix de la meilleure actrice à la Mostra et au Festival de film de Marrakech pour Raja de Jacques Doillon en 2003.












    Envoyer
    Fermer
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.