Combat au bout de la nuit

Photo: Vimeo

Tout cinéphile las des productions formatées au goût du grand public trouvera certainement son compte dans cette oeuvre vertigineuse, dense et exigeante de Sylvain L’Espérance (Un fleuve humain, La main invisible).

Relevant le pari colossal d’illustrer la crise financière ayant frappé la Grèce à travers le regard de ses habitants et de ses migrants, le cinéaste signe un documentaire atypique et radical où il brouille audacieusement les frontières entre le cinéma direct et le cinéma expérimental.

De la brutalité d’un reportage tourné dans l’urgence à l’approche méditative propre à ses films précédents, en passant par une déroutante imagerie poétique, Combat au bout de la nuit installe entre le spectateur et chaque participant un puissant dialogue muet. Ainsi, alors que chacun raconte sa petite histoire et offre son point de vue sur l’Histoire, Sylvain L’Espérance prolonge avec insistance les plans, révélant la noblesse de ces dignes combattants de l’injustice sociale, dévoilant la désolation d’une Athènes en faillite.

Tandis que les intervenants fixent longuement la caméra sans parler, un cri silencieux semble retentir, comme si ceux-ci suppliaient le spectateur de ne pas rester indifférent devant la tragédie moderne qu’ils interprètent à leur corps défendant.

Combat au bout de la nuit

★★★

Québec, 2016, 285 minutes. Documentaire de Sylvain L’Espérance.