Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Statistiques

    Le cinéma au Québec? De plus en plus américain…

    Si la fréquentation en 2016 a continué de reculer, les films étasuniens, eux, ont atteint un sommet

    17 février 2017 |Catherine Lalonde | Cinéma
    Les films américains comme «Deadpool» attirent davantage les Québécois dans les salles de cinéma que les créations d'ici.
    Photo: Source Twentieth Century Fox Les films américains comme «Deadpool» attirent davantage les Québécois dans les salles de cinéma que les créations d'ici.

    Les films étasuniens — Comme des bêtes et Deadpool en tête — ont récolté 87 % des entrées en cinéma en 2016, un sommet depuis 1985. C’est ce que nous apprend l’Enquête sur les projections cinématographiques de l’Observatoire de la culture et des communications du Québec, tout en confirmant le recul constant de la fréquentation des salles.

     

    La fréquentation des cinémas aura donc généré au Québec 18,6 millions d’entrées l’an dernier, entraînant des revenus aux guichets de 152,5 millions de dollars, en baisse de 5 %. Le nombre de projections, 949 000 — dont 66 000 de films québécois, en baisse de 14 % par rapport à 2015 —, se maintient, avec un taux d’occupation des salles de 9,6 %, le niveau le plus faible depuis 1975.

     

    Le succès des 3 petits cochons 2 n’a pas réussi à tirer le cinéma d’ici vers les cieux des tableaux statistiques. Alors que les entrées aux films québécois montaient depuis trois ans, elles redescendent en 2016 à 6,5 %, avec 1,2 million d’entrées en salle. Les recettesau guichet des films québécois sont en baisse de 22 % par rapport à 2015, à 9,1 millions de dollars.

     

    L’assistance aux films étrangers baisse également ; les films français ont reculé de 9 %, les britanniques de 78 %, et les canadiens de 50 %. Parmi les 50 films les plus vus au cinéma au Québec en 2016, 46 viennent des États-Unis, et quatre sont québécois : Les 3 p’tits cochons 2 (à la 14e position), Votez Bougon (35e) — tous deux réalisés par Jean-François Pouliot —, 1:54 (39e) et Brooklyn, une coproduction avec l’Irlande et la Grande-Bretagne, comptée parce qu’aussi soutenue par la SODEC. Parmi les dix films les plus vus, quatre sont des suites, et huit des versions 3D. Toujours pour ces dix longs métrages, six sont des films d’aventure et trois des films d’animation.

     

    Embellie à venir

     

    « Ces chiffres sont décevants effectivement, d’autant plus qu’il y avait d’excellents films québécois à l’écran l’an dernier qui ne semblent pas avoir trouvé leur public », commente Hélène Messier, présidente-directrice générale de l’Association québécoise de la production médiatique. Est-ce un problème de distribution, de promotion, de disponibilité des écrans, d’intérêt de la part du public ou tout simplement de compétition avec des oeuvres disponibles en tout temps sur les diverses plateformes ? « Faut-il faire des promotions plus attrayantes pour attirer le public dans les salles, sensibiliser les jeunes au cinéma d’ici ? » La p.-d.g. croit que l’année 2017 verra une embellie, portée par Ça sent la coupe, Pieds nus dans l’aube, Hochelaga, terre des âmes, Le trip à trois ou les suites de De père en flic et de Bon cop, bad cop.

    Les dix films québécois les plus vus au cinéma en 2016 Les 3 p’tits cochons 2, de Jean-François Pouliot

    Votez Bougon, de Jean-François Pouliot

    1:54, de Yan England

    Brooklyn, une coproduction avec l’Irlande et la Grande-Bretagne, de John Crowley

    Juste la fin du monde, de Xavier Dolan

    Les mauvaises herbes, de Louis Bélanger

    Chasse-galerie : La légende, de Jean-Philippe Duval

    Nitro Rush, d’Alain Desrochers

    10 secondes de liberté, une coproduction avec la France et l’Allemagne, Stephen Hopkins

    La guerre des tuques 3D, Jean-François Pouliot












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.