Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Cinéma

    Fantasia: cru anniversaire

    Le plus éclaté des festivals de cinéma célèbre ses 20 ans

    7 juillet 2016 |François Lévesque | Cinéma
    Guillermo Del Toro, l’un des cinéastes qui seront honorés par Fantasia cette année.
    Photo: Wilfredo Lee Associated Press Guillermo Del Toro, l’un des cinéastes qui seront honorés par Fantasia cette année.

    L’aventure a débuté comme un petit événement entre amis, un peu, pas mal bricolé. Quelques fervents qui voulaient faire connaître le cinéma asiatique, alors inaccessible, aux cinéphiles curieux. C’était il y a 20 ans, et Fantasia rêvait d’attirer 30 000 spectateurs. Ils furent 50 000 à se bousculer au portillon, un chiffre qui a depuis plus que doublé et qui continue de croître. Avec la présence confirmée des cinéastes vedettes Takashi Miike et Guillermo Del Toro, qui seront honorés, l’édition 2016, qui se déroulera du 14 juillet au 3 août, s’annonce d’ores et déjà mémorable.

     

    En tout, 145 longs métrages, dont une centaine de premières, et quelque 300 courts seront présentés. Ce faisant, les spectateurs goûteront aux cinématographies de 40 pays. Huit prix, dont le Grand Prix Cheval-Noir, seront décernés.

     

    On le précise, le Québec sera très, très bien représenté. Dévoilé en ouverture, le nouveau film de Daniel Grou, King Dave, vaut vraiment le détour. Le dramaturge et comédien Alexandre Goyette, qui a adapté sa propre pièce solo, y est hallucinant. Quant aux honneurs de la clôture, ils vont au nouveau film de Jimmy Larouche, Mon ami Dino, un « faux » documentaire dans lequel, paradoxalement, l’acteur Dino Tavarone (Omerta) se révèle complètement. Entre les deux, on a hâte de découvrir Écartée, une « comédie noire subversive », premier long métrage de la cinéaste Lawrence Côté-Collins, qui s’est taillé une solide réputation dans le court.

     

    Prix Denis-Héroux

     

    Hommage sera rendu à Denis Héroux, décédé cette année. On présentera pour l’occasion l’excellent film de Jean-Jacques Annaud La guerre du feu, qu’il coproduisit en 1981. Un nouveau prix Denis-Héroux sera en outre remis à Jean-Claude Lord, dont le premier film, Délivrez-nous du mal, sera présenté dans la section « Genres du pays », 50 ans après avoir été tourné.

     

    Hormis la « Sélection internationale », le volet « Camera lucida » promet des oeuvres venues de partout typiquement insolites, le surréalisme, l’expérimental et le poétique y côtoyant volontiers l’horreur franche. Ailleurs, du psychotronique, du déjanté, mais pas que. « Fantasia, ce n’est pas juste le festival du cinéma de genre, c’est le festival de tous les genres. », souligne Marc Lamothe, codirecteur du festival.

     

    Enfants de Fantasia

     

    C’est Claude Robinson qui parrainera cette année « Mon premier Fantasia », un volet destiné aux 4 à 10 ans qu’accueille le Musée McCord.

     

    Présidents d’honneur de ce cru anniversaire, les trois membres du collectif Roadkill Superstar (François Simard, Anouk Whissell et Yoann-Karl Whissell) ont rendu un vibrant hommage au festival. Se qualifiant « d’enfants de Fantasia », ils y ont fait leurs classes, adolescents, avant d’y présenter leurs propres courts métrages puis d’y développer, au sein de la plateforme Frontières, leur premier long métrage, Turbo Kid, un pastiche délirant qui connut un vrai succès international l’an dernier.

     

    Les projections auront lieu au Théâtre Hall, à la salle J.A. De Sève et au Théâtre D.B. Clark de l’Université Concordia, mais aussi à la Cinémathèque québécoise, à la place de la Paix du Quartier des spectacles et enfin sur la scène Vidéotron du festival Juste pour rire.

     

    Info : www.fantasiafestival.com













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.