Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Une mémoire d’Éléphant

    Depuis 2008, l’organisme privé Éléphant -La mémoire du cinéma québécois restaure et numérise le patrimoine cinématographique d’ici

    1 août 2012 |François Lévesque | Cinéma
    Écumant entrepôts et garages, la directrice de l’organisme Éléphant -La mémoire du cinéma québécois, Marie-José Raymond, doit souvent se livrer à une véritable chasse au trésor !
    Photo: Annik MH De Carufel - Le Devoir Écumant entrepôts et garages, la directrice de l’organisme Éléphant -La mémoire du cinéma québécois, Marie-José Raymond, doit souvent se livrer à une véritable chasse au trésor !

    Ce sera soir de gala demain à Fantasia alors qu’on projettera au Hall Concordia une copie toute neuve de la comédie de science-fiction Dans le ventre du dragon. C’est le projet Éléphant–La mémoire du cinéma québécois qui a procédé à la restauration du long-métrage d’Yves Simoneau. Il y a des centaines d’autres longs-métrages québécois qui attendent une telle cure de jouvence. Comme Le Devoir le rapportait le 11 juillet dernier, en France, le catalogue du vénérable studio Gaumont sera restauré grâce au soutien du ministère français de la Culture, qui investira 10 millions d’euros (12,5 millions $CAN) dans un programme spécial. Chez nous, une telle opération a cours depuis 2008 grâce au secteur privé duquel est issu Éléphant, un organisme s’étant donné pour mission de restaurer et de numériser en haute définition l’ensemble du patrimoine cinématographique québécois. Afin d’en apprendre davantage sur Éléphant, Le Devoir s’est entretenu avec sa directrice, Marie-José Raymond.

    Cher lecteur, le reste de cet article est réservé aux abonnés.

    Abonnez-vous!

    À partir de 9,35$ par mois En savoir plus

    Je suis déjà abonné

    Se connecter
    Je suis abonné papier mais je n'ai pas encore de profil.
    Créez un profil lié à votre abonnement.
    Vous pouvez également acheter cet article.
    Écumant entrepôts et garages, la directrice de l’organisme Éléphant -La mémoire du cinéma québécois, Marie-José Raymond, doit souvent se livrer à une véritable chasse au trésor ! Dans la salle d'étalonnage, Claude Fournier et le coloriste Vince Amari préparent un nouveau montage de Bonheur d’occasion. L'organisme Éléphant s'est donné pour mission de restaurer et de numériser en haute définition l’ensemble du patrimoine cinématographique québécois
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel