Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Lyriques vs cyniques

    17 mars 2012 | Odile Tremblay | Cinéma
    Denys Arcand, alors jeune cinéaste<br />
    Photo : Télé-Québec Denys Arcand, alors jeune cinéaste
    Hier, sur les ondes de RDI, en rediffusion ce soir à 21h30, Gilles Vigneault venait parler de la transmission du savoir. Survol de carrière, convictions affichées d'un poète ayant depuis toujours tenté de pousser sa société vers le haut en lui insufflant la mémoire brûlante qui l'habite. Utopiste, le barde de Natashquan, qui entonna de sa voix éraillée le rêve d'un pays irréel? Peut-être, mais sa démarche d'espoir, si généreuse, si sympathique, aura enchanté le cœur d'un peuple qui aime mieux se rêver glorieux que «ti-coune» à genoux. Vigneault est un lyrique de haute volée, tout en vent du large et en mots magiques, capable de nous faire croire aux lendemains qui chantent, même quand ils ne chantent plus si fort que ça, réflexion faite.
    Cher lecteur, le reste de cet article est réservé aux abonnés.

    Abonnez-vous!

    À partir de 9,35$ par mois En savoir plus

    Je suis déjà abonné

    Se connecter
    Je suis abonné papier mais je n'ai pas encore de profil.
    Créez un profil lié à votre abonnement.
    Vous pouvez également acheter cet article.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel