Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?

    Pourquoi pas?

    24 décembre 2011 |Martin Bilodeau | Cinéma
    We Bought a Zoo est tiré d’un récit autobiographique de Ben-jamin Mee, campé ici par l’excellent Matt Damon, dans un regis-tre nouveau pour lui.<br />
    Photo: Source 20th Century Fox We Bought a Zoo est tiré d’un récit autobiographique de Ben-jamin Mee, campé ici par l’excellent Matt Damon, dans un regis-tre nouveau pour lui.
    We Bought a Zoo (Nous avons acheté un zoo)
    De Cameron Crowe. Avec Matt Damon, Scarlett Johansson, Maggie Elizabeth Jones, Colin Ford, Elle Fanning, Patrick Fugit, Thomas Haden Church, Angus Mcfadyen. Scénario: Aline Brosh McKenna, Cameron Crowe, d'après le livre de Benjamin Mee. Image: Rodrigo Prieto. Montage: Joe Hutshing, Mark Livolsi. Musique: Jonsi. États-Unis, 2011, 124 minutes.
    Contre toute attente, We Bought a Zoo divise. Certains sont pour, avec ce que ça implique d'abandon et de grâce enfantine. D'autres sont contre, sur le principe rigide qu'un film de l'ancien journaliste du Rolling Stone Cameron Crowe (Almost Famous, Elizabethtown, Pearl Jam Twenty) avec monsieur Jason Bourne en proue n'a pas le droit d'être aussi ouvertement sentimental. En nombre égal, les qualités et les défauts objectifs du film n'ont que peu de choses à voir avec la position choisie. J'ai choisi d'aimer, et j'en suis le premier surpris.

    We Bought a Zoo (qui rappelle à certains égards The Desccendants d'Alexander Payne) est tiré d'un récit autobiographique de Benjamin Mee, campé ici par l'excellent Matt Damon, dans un registre nouveau pour lui. À la mort de son épouse, ce reporter aventurier a fait un virage à 180 degrés en achetant sur un coup de tête un zoo au bord de la faillite situé dans le sud de la Californie. Son but: redonner le sourire à sa fillette attachante (Maggie Elizabeth Jones, épatante) et à son adolescent rebelle (Colin Ford). Mais la réalité du zoo, comme le lui fait vite comprendre la directrice surchargée de travail de l'établissement (Scarlett Johansson, crédible dans ce contre-emploi), n'est pas aussi romantique qu'il le croit: la faune est exigeante, les installations vétustes ont besoin d'une forte injection de capitaux et la ménagerie humaine qui veille sur l'ensemble man-que de ressources.

    Passages obligés, instants comiques, virages mélo, escales annoncées, maximes prononcées, We Bought a Zoo est un film qu'on voit venir. Si bien que le plaisir qu'il procure vient moins de la surprise qu'il suscite que de la reconnaissance réconfortante qu'il procure. Le réalisateur de Jerry Maguire ne réinvente pas la roue, mais il la fait tourner avec l'habileté de conteur qu'on lui connaît et un amour des animaux qu'on ne lui connaissait pas. Cela dit, il n'a pas toujours la main légère. La musique de Jonsi sucre un peu trop l'affaire et certains gags appuyés manquent leur cible. Mais il a le coeur sur la main, et sa manière guillerette et sans cynisme de chanter les vertus universelles, tels le sens de l'aventure et le prix du courage, rend justice à son modèle Billy Wilder.

    ***

    Collaborateur du Devoir
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel