Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Analyse

    Le 375e a-t-il changé le visage de Montréal?

    16 décembre 2017 |Jérôme Delgado | Arts visuels
    Source de Jaume Plensa se veut un signe de bienvenue à ceux qui arrivent par l’autoroute Bonaventure.
    Photo: Florent Daudens Le Devoir Source de Jaume Plensa se veut un signe de bienvenue à ceux qui arrivent par l’autoroute Bonaventure.

    Cadeaux, dons, prêts : en ce 375e anniversaire de Montréal, les raisons ont été nombreuses pour fêter par l’art public. Oeuvres permanentes ou temporaires, sculptées ou numériques, il y aura eu de tout, des bons comme des mauvais coups, certains passés complètement sous le radar. Bilan critique des courses.


    Entre l’art public spectaculaire de Jaume Plensa et celui tout en subtilité de Gilbert Boyer, il y a un fleuve, un océan de distance. Leurs oeuvres apparues en 2017 ont pourtant des traits communs : situées dans le Vieux-Montréal, elles reposent sur la lisibilité de mots, de signes. Or, pendant que l’immense buste humain de l’un joue les phares, les bagues métalliques de l’autre, clouées à des lampadaires, font le caméléon. La première oeuvre, Source, tout le monde la voit ; la seconde, Permis 10 h 57, tout le monde passe sans la voir.

     

    Quel art mise le plus juste dans l’espace public ? Une sculpture qui s’impose et commande une vision ? Ou une intervention qui s’immisce, en catimini, dans la banalité du quotidien ? Un peu des deux, peut-être, mais l’anniversaire n’aura pas permis de trancher. Car le legs du 375e en art public, c’est à la fois tout et n’importe quoi.

     

    Ne montons pas aux barricades. Il y a eu de bons projets, de très bons même, qui ont découlé de cette série d’initiatives marquées du sceau du 375e. Mais la diversité, salutaire en soi, ressemble ici à une cacophonie. Le manque de cohérence se reflète par l’absence d’une orientation préciseet soucieuse d’oeuvres de qualité, portées par des enjeux réels.

     

    Premier constat : le legs est fortement masculin. Sur les seize projets recensés ici, deux seulement sont de mains féminines. Et encore, il s’agit de deux oeuvres plutôt conservatrices. L’une d’elles, Les touristes (1989), d’Élisabeth Buffoli, se trouvait près du Forum des Halles, dans la capitale française, jusqu’à ce que la Ville de Paris l’offre en cadeau pour le 375e.

    Photo: Catherine Legault Le Devoir «Le contour des conifères dans la nuit bleue, et les étoiles derrière ma tête sont dans tes yeux» de Jean-Robert Drouillard
     

    Côté création d’envergure, aucune femme n’a été prise en compte, ni de la génération des Louise Viger et Jocelyne Alloucherie ni de celle des Catherine Bolduc et Catherine Sylvain. Zéro.

     

    Deuxième constat : la figure humaine, explicite ou pas, domine. Les projets conservateurs ont certes aidé, mais d’autres, comme le cadeau de la Ville de Québec, ont montré que le figuratif n’est pas tenu de prendre une forme dépassée. L’oeuvre de Jean-Robert Drouillard, intitulée Le contour des conifères dans la nuit bleue, et les étoiles derrière ma tête sont dans tes yeux, dresse en effet des monuments à Montréal par le biais de la culture populaire et des loisirs. Elle consiste en quatre personnages sur colonnes, en tenue de sport et les yeux tournés vers le Stade olympique, pour marquer le début, ou la fin, de la piste cyclable de la rue Rachel, une des plus vieilles en ville.

     

    Liées souvent à de nouveaux aménagements urbains, les oeuvres de la cuvée 2017 sont nées de différentes façons. Plusieurs découlent de concours, avec jury. D’autres sont le choix d’un comité. Enfin, il y a celles qui sont arrivées tel un cadeau tout emballé. Fonds publics et privés confondus, on estime que près de 15 millions auront été investis dans ce legs. Jusqu’à aujourd’hui, puisque d’autres oeuvres sont attendues, notamment dans la rue Prince-Arthur, sur la piste cyclable, dans le secteur Quartier des spectacles, et sur la jetée Alexandra, dans le Vieux-Port.

    Restes d'expos Les expositions Balade pour la paix (Musée des beaux-arts), km3 (Quartier des spectacles) et Métissages (promenade Fleuve-Montagne) ont amené leur lot de propositions, la plupart déjà retirées. Deux oeuvres permanentes ont néanmoins été créées dans le cadre de km3, comme legs offert par Québec. Il s’agit de Paquet de lumière de Gilles Mihalcean, installée près de la Maison symphonique, et Lux Obscura de Jonathan Villeneuve, placée devant les cinémas du Quartier latin.

    Les deux ne manquent pas d’innover — la première en explorant les mêmes formes géométriques sans les répéter, la seconde en faisant du cinéma d’animation. Mais elles souffrent de leur emplacement. Les trois figures anthropomorphiques de Mihalcean, d’une blancheur dominante, se perdent dans un décor bien occupé par un mobilier urbain déjà très sculptural. Et elles jettent dans l’ombre un ensemble de trois sculptures de Jean McEwen, cadeau de Toronto pour le… 350e de Montréal.

    Les deux panneaux de Villeneuve, eux, s’imposent comme des monuments monolithiques qui perdent, le jour, de leur intérêt : pour bien voir l’animation en hommage aux films noirs, il faut s’y arrêter le soir. Et encore, il faut marcher dans la bonne direction.
     

    Une oeuvre parachutée

     

    Spectaculaire, haute de 10 mètres, Source se présente comme un salut de bienvenue à ceux qui arrivent par l’autoroute Bonaventure, désignée porte d’entrée de la ville. Le personnage sans jambes est certes photogénique, avec tous ses jeux d’ombres et de lumière provoqués par son corps en treillis. Il n’a rien de montréalais cependant.

     

    Jaume Plensa peut avoir voulu refléter la diversité linguistique de la ville (mais n’est-ce pas la réalité de toute métropole ?) et ses racines aquatiques, la sculpture reprend la même carapace argentée que plante l’artiste catalan depuis 2008 dans des espaces publics en Europe, en Asie et en Amérique du Nord. On en a compté 12 sur son site Web. Autre détail révélateur : le titre de Plensa était déjà celui de deux oeuvres montréalaises, la fontaine à l’entrée de la Petite Italie et une sculpture dans Notre-Dame-de-Grâce, signée Patrick Coutu.

    Photo: Catherine Legault Le Devoir «Dendrites» de Michel de Broin
     

    Cette troisième Source a été commandée et payée par le couple formé de France Chrétien Desmarais et André Desmarais, qui la prêtent pour 25 ans. Montréal a néanmoins assumé son installation, évaluée à 300 000 $. À cette somme, plus l’argent des Desmarais (montant resté secret), un concours international de grande envergure aurait pu être tenu. Pourquoi alors ce prêt ? Qu’arrivera-t-il après 25 ans ?

    À la fois public et privé Depuis 1989, le Bureau d’art public (BAP) de la Ville de Montréal gère l’acquisition d’œuvres. La règle du concours avec jury n’est pas absolue et une nouvelle œuvre n’entre pas forcément dans la collection municipale — Source et Bleu de bleu, par exemple. La seconde a été choisie toutefois par un comité d’experts, à la demande du BAP. Le Joyau royal et le Mile doré est née après une campagne de financement de la Brigade Arts Affaires. Le BAP a été consulté, mais ce sont cent contributeurs (1000 $ chacun) qui ont choisi l’œuvre, acquise par la Ville.
     

    Le meilleur

     

    Formé de deux éléments mariant le tronc d’arbre et l’escalier, Dendrites, de Michel de Broin, est la seconde oeuvre réalisée dans le cadre du projet Bonaventure. Contrairement à Source, elle est issue d’un concours pancanadien. Dendrites est la troisième sculpture de l’artiste dans la collection d’art public de Montréal. Elle respire du même air (formes sinueuses et aériennes, allusions architecturales), sans pour autant en être une copie. Elle s’en démarque aussi par sa fonction, sorte de mirador (les gens sont invités à y monter) et de point de rassemblement. Elle est l’élément humain de ce coin très motorisé, davantage que le personnage surdimensionné de Plensa.

    Photo: Catherine Legault Le Devoir «Soleil de minuit» d'Adrien Lucca
     

    Les rayons solaires sont le coeur de la seule oeuvre du legs destinée au métro. Intitulée Soleil de minuit et installée à l’intérieur de la station Place-d’Armes, elle a été conçue par l’artiste franco-belge Adrien Lucca, en tant que don du réseau de transport bruxellois. Cette proposition se divise en 14 mosaïques colorées. Chacune représente un moment du lever du soleil à Bruxelles, qui correspond à la nuit montréalaise. Outre le fait d’introduire symboliquement la lumière du jour à la noirceur souterraine, l’oeuvre fait des clins d’oeil à l’art géométrique du métro, celui notamment de Jean-Paul Mousseau. Voilà un vrai cadeau, mais mal mis en valeur derrière des colonnes.

     

    Les textes imprimés sur la cinquantaine de bagues de Permis 10 h 57 sont à lire comme des vers libres. L’artiste Gilbert Boyer, adepte de gestes littéraires dans l’espace public, a été invité par la Fonderie Darling à renouveler l’expérience des Collets de survie (1997), oeuvre qu’il avait créée lors de l’expo à l’origine de ce centre d’art. Éparpillés dans un quadrilatère entre les rues Soeurs-Grises et Duke, les phrases évoquent la rêverie, la mémoire, trament une histoire urbaine non officielle et pourtant si montréalaise. « Permis des possibles, des parce que, des pourquoi ». « Rendez-vous au sommet de la montagne »… À la manière de Comme un poisson dans la ville (1988), plaques que Boyer a placées sur le Plateau-Mont-Royal, Permis 10 h 57 marque le territoire de sa poésie, au point où l’on en cherchera encore la trace une fois les anneaux retirés (septembre 2018).

    Stèles et pierres Le Joyau royal et le Mile doré, du duo Philippe Allard-Justin Duchesneau, et Racines gauloises, de Bill Vazan, célèbrent le Montréal d’aujourd’hui et d’hier. La première, série de stèles dorées dans la rue Sherbrooke, offre un paysage schématique de gratte-ciel. C’est un don de la Brigade Art Affaires, un collectif de philanthropes, qui manque cruellement de recul. La seconde, trois pierres gravées et placées près du square Victoria jusqu’en juin 2018, se démarque pour être la seule oeuvre de tout le legs à revenir 375 ans en arrière, voire plus. L’artiste a lui-même recyclé deux de ses pierres pour l’occasion.

    Autoroute bleue Sans doute le projet le plus audacieux, et le plus risqué : Bleu de bleu, l’intervention d’Alain Paiement sur l’autoroute 20 à partir de l’aéroport Trudeau, prend des allures de décor, quand elle ne disparaît tout simplement pas à la tombée du jour. L’idée derrière ce land art urbain de 8 km n’était pas anodine : marquer d’un fil bleu le parcours qui accueille les visiteurs. Or, l’irrégularité de l’intervention, et son soudain arrêt à la hauteur de Lachine, fait rater l’effet escompté. Entièrement financée par le privé, l’oeuvre restera sur place pendant cinq ans, après quoi ses traces et documents entreront au Musée d’art contemporain.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.