Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Les aventures de Pierre Théberge au pays des esthètes

    19 septembre 2017 |Isabelle Paré | Arts visuels
    Pierre Théberge au Musée des beaux-arts de Montréal en 2009
    Photo: MBAM Pierre Théberge au Musée des beaux-arts de Montréal en 2009

    L’histoire s’écrit tantôt à petits pas, tantôt à grands coups de rame qui éclaboussent tout et vont jusqu’à faire vaciller le navire des capitaines qui en tiennent la barre. C’est à cette catégorie qu’appartient Pierre Théberge, ex-directeur de deux des plus grands musées canadiens, notamment du Musée des beaux-arts de Montréal, où son passage controversé a fait jaser, mais aussi extirpé ce musée jusque-là considéré comme « provincial » de la gaine dans laquelle il était engoncé.

     

    C’est du moins l’impression que laisse la lecture des entretiens que vient de publier le critique d’art du Devoir Nicolas Mavrikakis, rassemblés sous le titre Les aventures de Pierre Théberge, l’homme qui a osé exposer Tintin au musée. Plus qu’un coup de chapeau à ce passionné d’art dont la carrière s’échelonne sur 50 ans, l’ouvrage jette un éclairage inédit sur les événements qui ont mené au nécessaire mouvement de « rénovation » des musées et contribué à façonner la récente histoire de l’art canadien.

     

    Sur le ton de la confidence, on y découvre un Pierre Théberge toujours volubile, malgré la maladie de Parkinson qui l’a obligé à se retirer de son poste de directeur du Musée des beaux-arts du Canada en 2009. Un ex-directeur prolixe sur ce qui a motivé plusieurs de ses choix d’exposition fort critiqués, habité par la conviction qu’il fallait gommer le mur érigé entre l’art avec un grand A et l’art populaire.

     

    Sous son règne, le MBAM présentera d’abord l’exposition Tintin, secouant toutes les certitudes muséales en introduisant la bédé au musée, après avoir convaincu Hergé lui-même de l’autoriser à monter une exposition consacrée à son reporter à la houppe.

     

    Malgré ses airs de « professeur Tournesol », on découvre en Théberge un homme inébranlable, capable d’encaisser la colère de ses détracteurs. Et ils furent nombreux. Après Le musée imaginaire de Tintin (1980) et l’académique Bouguereau (1984), honni et battu en brèche par les puristes de l’art, Théberge secoue à nouveau la cage en programmant Snoopy (1992), puis la coûteuse exposition Beauté mobile (1995), ode au design des voitures de collection, un choix que le milieu de l’art et les artistes ne lui pardonneront jamais. Fustigée dans les journaux — et même assimilée à « la montée des Barbares » dans un éditorial assassin du Devoir —, la parade des « chars » au musée en déboussolera plus d’un. On comprend mieux aujourd’hui la démarche de cet homme, réfractaire aux dogmes, qui remettait constamment en question le rôle de l’art dans la société. « J’en avais marre de cette vision académique qui faisait qu’on pouvait admirer un carrosse du XVIIIe siècle, mais pas une voiture de 1925. Deux poids, deux mesures », confie-t-il.

     

    La suite lui donnera raison. La bédé, le graffiti, la mode, le design, les arts décoratifs et le jazz, entre autres, se sont taillé une place de choix dans les musées. À n’en pas douter, Théberge aura donné le coup d’envoi à une « mini-révolution » muséale, suivi en cela par ses successeurs au MBAM, Guy Cogeval et Nathalie Bondil, et bien d’autres musées. Chose certaine, son entêtement et sa vision auront amené bien des Montréalais à mettre le pied dans un musée à l’achalandage jusque-là famélique et à faire entrer le MBAM et plusieurs artistes canadiens dans les ligues majeures du monde muséal. Un deuxième volume rassemblant une sélection des écrits de Pierre Théberge vient apporter un éclairage supplémentaire pour ceux qui souhaiteraient en savoir plus sur ce personnage qui a marqué son époque.

    Nicolas Mavrikakis, Varia, Montréal, 2017, 269 pages
    Les aventures de Pierre Théberge. L’homme qui a osé exposer Tintin au Musée












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.