Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Arts visuels

    La Collection Loto-Québec suspend encore ses achats

    Les artistes déplorent cette interruption des acquisitions

    La Collection Loto-Québec existe depuis 35 ans et compte environ 5000 œuvres de plus de 1200 artistes québécois.
    Photo: Source Loto-Québec La Collection Loto-Québec existe depuis 35 ans et compte environ 5000 œuvres de plus de 1200 artistes québécois.

    Pour une deuxième année consécutive, la Collection d’oeuvres d’art de Loto-Québec ne fera pas d’acquisitions. La collection, qui existe depuis 35 ans, jusqu’à compter actuellement 5000 oeuvres de plus de 1200 artistes québécois, interrompait en 2015 pour la première fois ses achats afin de répondre au contexte économique.

     

    « Pour le moment, la suspension est maintenue, a indiqué pour Loto-Québec la conseillère en relations de presse Marisol Schnorr. Par ailleurs, nous en sommes à actualiser la politique de gestion et d’acquisition de la Collection Loto-Québec. »

     

    Déception

     

    « C’est une décision qui nous surprend et nous déçoit énormément, a commenté Christian Bédard, directeur général du Regroupement des artistes en arts visuels du Québec (RAAVQ). La Collection Loto-Québec était une source de revenus importante pour plusieurs artistes ; elle constitue une collection d’oeuvres nationales pour les citoyens québécois. C’est extrêmement dommage qu’on cesse cet investissement en arts. Ça va pénaliser beaucoup les artistes québécois vivants, les galeries aussi : tout le marché, finalement. C’est une très mauvaise décision, très triste. Ça brime les Québécois de la croissance d’une collection extraordinaire. »

     

    La Collection, qui avait une politique particulière visant les acquisitions en région, permet des retombées d’autant plus importantes hors les grands centres. « L’an dernier, on nous avait dit qu’on suspendait les acquisitions aussi parce que le conservateur [Louis Pelletier] partait à la retraite et qu’on voulait prendre le temps de trouver son remplaçant, précise M. Bédard. Depuis, la collection relève de la direction des responsabilités sociétales. Mais là, c’est inquiétant, et ça continue d’affecter directement les artistes. »

     

    Le temps de changer

     

    Pour l’Association des galeries d’art contemporain (AGAC), « les acquisitions faites par Loto-Québec ont un impact certain sur le milieu de l’art », comme l’indique la présidente, Émilie Grandmont-Bérubé, et doivent conséquemment reprendre le plus tôt possible. Mais la situation n’inquiète pas la présidente. « Je sens un vent de transformation et une volonté réelle de changer les choses. Mais la gestion de leur importante collection, de cette grande quantité d’objets, sa mise en valeur, est certainement très complexe. On voit à l’AGAC d’un très bon oeil les efforts et l’énergie mis en place, et l’écoute de Loto-Québec envers le milieu. »

     

    Rappelons qu’en 2013, Loto-Québec a fermé son Espace création, rue Sherbrooke, petite galerie où étaient régulièrement exposées ses oeuvres. Depuis, la société mise sur le nomadisme. « Loto-Québec souhaite continuer à faire rayonner son corpus et à le rendre accessible pour le grand public en plus de soutenir le milieu de la création, a indiqué Mme Schnorr. En 2016, les oeuvres ont ainsi été vues à la maison Hamel-Bruneau à Québec, au Musée du Bas-Saint-Laurent, à la Maison des arts de Drummondville, au Centre d’exposition du vieux presbytère de Saint-Bruno et aussi au Festival montréalais Art souterrain. »

     

    Jusqu’en 2014, Loto-Québec consacrait 0,01 % de ses profits à son programme d’acquisition. La Collection, ces années-là, pouvait acquérir quelque 200 oeuvres (dont plusieurs sur papier) avec son budget tournant autour de 350 000 $ à 400 000 $, par année. Loto-Québec a d’ailleurs versé plus de 8,6 millions de dollars au marché de l’art par l’intermédiaire de son programme d’acquisition depuis 1986. Mais en 2014, Loto-Québec a connu une chute de l’excédent net de 10,5 % par rapport à l’année précédente. En 2015, le résultat net a encore baissé, passant de 1,144 à 1,115 milliard. Pour les neuf premiers mois de 2016, ce montant est à 945 833 millions. Quelle place dans ces conditions à l’enrichissement de la Collection Loto-Québec ?













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.