Le «Dialogue avec l’histoire» hante Québec

Photo: Francis Vachon Le Devoir

Si la Ville de Québec a bel et bien détruit Dialogue avec l’histoire, la sculpture de Jean-Pierre Raynaud ne semble pas avoir dit son dernier mot. Des graffitis, silhouettes du « cube blanc », sont apparus dans différents endroits de la capitale, à la manière de fantômes. L’auteur de ces pochoirs demeure anonyme, comme s’il agissait au nom de toute une collectivité. Que le maire Régis Labeaume le veuille ou non, l’art et ses carrés blancs continuent de se manifester dans les espaces publics de Québec.

  • Alain-Martin Richard - Abonné 10 juillet 2015 08 h 02

    Joli doigt d'honneur

    J'adore cette réponse anonyme. Mais elle est encore très douce comparée aux sorties grotesques et indignes « Qu'il aille se faire soigner » de notre indigne maire. Ce dossier de destruction «Dialogue avec l'histoire » devient l'illustration exacte de ce que l'artiste Raynaud soulevait comme question. Quand le brutes sont à court d'arguments, ils frappent.