Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    New York accueille l’École de la montagne rouge

    Le collectif de design emblématique du conflit étudiant installe son atelier de création et de production à la galerie Interference Archive

    New York adopte le carré rouge. L’École de la montagne rouge (EDLMR), à qui l’on doit plusieurs affiches et symboles du printemps étudiant, investit la galerie Interference Archive de Manhattan dès ce soir.


    Arrivée mardi dans la grande métropole américaine, l’équipe de 10 étudiants en design graphique de l’UQAM (plus un documentariste) y œuvre en collaboration avec le collectif artistique Just Seeds, acteur important du mouvement Occupy Wall Street. Celui-ci a fondé Interference Archive il y a un an pour y documenter les luttes sociales, d’hier à aujourd’hui.
     
    « [Leur] travail d’archivage est absolument FOU, peut-on lire sur le blogue de l’EDLMR : des boîtes et des boîtes de fanzines, de livres, de pamphlets, d’affiches sur les différentes luttes sociales, passées et présentes, d’à travers le monde. »
     
    C’est à partir de cette riche matière que le collectif montréalais s’active depuis hier à concevoir et à fabriquer des affiches bilingues et un fanzine qui expliqueront le printemps québécois aux visiteurs. Plus qu’une simple exposition des œuvres réalisées, il s’agit d’explorer l’espace d’une galerie pour tenter d’en faire un lieu de rassemblement, de création et d’échanges sur le thème de la protestation sociale 
    étudiante, celle du Québec comme celles d’ailleurs.
     
    « Concrètement, nous recréons notre atelier de création de Montréal dans les locaux ici (tables de sérigraphie, affiches, brainstorming, projections, etc.) », précise, dans un échange de courriels, Valérie Darveau, de l’EDLMR, de l’équipe de New York.
     
    « À travers ses actions, ses réflexions et ses recherches en design graphique, l’EDLMR offre une approche esthétique unique des mouvements révolutionnaires et une autre façon d’immortaliser le printemps québécois », est-il écrit sur le site Web de la galerie new-yorkaise.
     
    L’équipe québécoise revient au bercail demain, mais l’« exposition », qui s’intitule ÀVENIR, court jusqu’au 20 septembre.
     
    Pas question, pour l’EDLMR, de manquer la rentrée, qui s’annonce déjà bouillonnante, et, surtout, la campagne électorale.
     
    « On n’est vraiment pas dans le même débat qu’au début de la lutte étudiante, indique Valérie Darveau. Pour l’instant, ce qui nous importe, c’est de faire débarquer le gouvernement libéral aux élections. On se concentre donc sur la création du visuel pour inciter les gens (et particulièrement les étudiants qui ont été impliqués dans la grève) à aller voter le 4 septembre. »












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.