Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?

    Musée des beaux-arts du Canada - Les Français à Rome

    24 octobre 2011 |Anne Michaud | Arts visuels
    Cet automne, le Musée des beaux-arts du Canada (MBAC) convie ses visiteurs à un voyage dans le temps dans la Rome du XVIIIe siècle, telle qu'elle fut vue par de jeunes artistes français.

    À partir de la Renaissance, Rome a toujours constitué un pôle d'attraction important pour les artistes et les amateurs d'art européens. Les Français ne font pas exception et, à diverses époques, ils ont été nombreux à faire le voyage jusqu'à la Ville éternelle pour y découvrir les oeuvres des grands maîtres italiens et de l'Antiquité. À compter de 1666, ces voyages d'études ont été facilités par la création de l'Académie de France à Rome, une institution qui existe encore, qui offrait alors des bourses de quatre ans appelées Grands Prix de Rome à des artistes issus de l'Académie royale de peinture et sculpture de Paris et choisis par concours.

    Parmi les lauréats de ces bourses figurent de nombreux artistes qui marqueront subséquemment leur époque par leur talent et leur esprit d'innovation, tels que Jacques-Louis David, François Boucher, Jean-Germain Drouais, Frédéric Desmarais et Jean-Honoré Fragonard, pour ne nommer que ceux-là. L'enseignement que reçoivent ces jeunes artistes français est principalement fondé sur la copie des maîtres anciens et de l'Antiquité ainsi que sur l'étude sur le vif du paysage et du corps humain. Les oeuvres produites, appelées «académies», doivent témoigner de leur acquisition progressive des techniques des grands maîtres, d'autant qu'elles sont régulièrement envoyées en France pour qu'on puisse suivre de là-bas les progrès accomplis.

    Préparée en collaboration avec le Musée des beaux-arts de Caen, où elle sera présentée après son séjour à Ottawa, Pour l'amour de l'art. Artistes et amateurs français à Rome au XVIIIe siècle est la première exposition de grande envergure consacrée à la production artistique des jeunes artistes français du Siècle des lumières durant leurs séjours à Rome. On y explore aussi certains aspects du réseau social qu'ils ont pu y constituer en raison de la présence en Italie d'amateurs éclairés et de mécènes importants, dont notamment le marquis de Vandières, futur directeur des bâtiments du roi.

    La très grande majorité des quelque 135 oeuvres de l'exposition sont des dessins aux techniques variées, auxquels s'ajoutent quelques estampes et une douzaine de tableaux. Outre les 25 oeuvres provenant de la collection du MBAC, dont des tableaux et dessins remarquables de Fragonard et Hubert Robert, les autres proviennent de grandes institutions américaines et européennes; quelques-unes n'ont jamais été montrées en Amérique du Nord auparavant et certaines sont présentées en exclusivité à Ottawa. L'exposition compte aussi des albums rares, exposés sous vitrine en raison de leur fragilité, qui peuvent être feuilletés virtuellement grâce à des écrans tactiles multitouches.

    Pour l'amour de l'art. Artistes et amateurs français à Rome au XVIIIe siècle est présentée au Musée des beaux-arts du Canada jusqu'au 2 janvier 2012. Pour en savoir davantage, rendez-vous sur le site www.beaux-arts.ca/pourlamourdelart/.

    ***

    Collaboratrice du Devoir
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel