Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Mathieu Lefevre 1981-2011

    Décès du jeune artiste Mathieu Lefevre

    22 octobre 2011 |Marie-Ève Charron | Arts visuels
    Mathieu Lefevre, I Don’t Get It (2008; 48” x 60’’, huile sur toile)<br />
    Photo: Galerie Division Mathieu Lefevre, I Don’t Get It (2008; 48” x 60’’, huile sur toile)
    Né à Edmonton, en Alberta, en 1981, Mathieu Lefevre a fait un baccalauréat en arts visuels et médiatiques à l'UQAM et a exposé ses oeuvres au Québec, au Canada, en Europe ainsi qu'à New York. À 30 ans, il comptait à son actif près d'une vingtaine d'expositions en solo et avait participé à de nombreuses expositions collectives, dont la Biennale de Prague (2011) et le Symposium de Baie-Saint-Paul (2007). Il était représenté depuis 2008 par la galerie Division à Montréal, qui a exposé l'été dernier ses plus récentes oeuvres, dont plusieurs peintures.

    La peinture, Lefevre en usait en grande quantité. Il accumulait la matière picturale avec un goût évident pour l'excès, produisant ainsi une critique amusée, parfois acerbe, du fétichisme de la touche et de l'expressivité. Depuis les tout débuts de sa pratique, il jouait le pitre perspicace. Par une facture et des énoncés linguistiques faussement naïfs, il se moquait avec mordant ou légèreté des conventions artistiques et de la culture savante. Pour lui, l'héritage de l'art était un réservoir inépuisable de création. Avec ses oeuvres, que l'on espère voir conservées pour les mémoires, il suscitait sourires et réflexions.

    Son départ tragique laisse un grand vide dans le milieu des arts visuels, où il était beaucoup apprécié. Amis, galeristes, collègues artistes, commissaires et critiques d'art, dont je fais partie, n'ont que de bons mots à son sujet.

    ***

    Collaboratrice du Devoir












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.