Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Controverse associative dans le secteur des arts visuels

    19 janvier 2010 |Frédérique Doyon | Arts visuels
    Le Regroupement des centres d'artistes autogérés du Québec (RCAAQ) réclame la tête du Regroupement des artistes en arts visuels (RAAV). Ce dernier se dit victime d'une campagne de désinformation.

    Le RCAAQ estime que le RAAV représente très mal la grande diversité du milieu des arts visuels. Il dénonce aussi son attitude corporatiste qui exige que les diffuseurs (musées, galeries, centres d'artistes) signent de nouvelles ententes collectives obligatoires alors que ceux-ci versent déjà des droits d'auteur — le droit d'exposition, établi en 1988.

    «On n'est pas habilités à faire ce genre de choses [signer des ententes], explique au Devoir Bastien Gilbert, directeur du RCAAQ. Lorsqu'un artiste vient faire diffuser son oeuvre dans une galerie, un musée ou un centre d'artistes, il vient à titre individuel, pour la diffusion de son oeuvre, pour nous, ça n'a rien à voir avec les relations de travail.»

    Le RAAV se dit pour sa part victime de «malhonnêteté intellectuelle», indique au Devoir son directeur général, Christian Bédard. L'association «se réserve le droit de répliquer en temps et lieu, c'est-à-dire après que les conclusions du Comité L'Allier auront été rendues publiques», lit-on dans un communiqué concis, diffusé hier. M. Bédard dit ainsi respecter une entente de confidentialité, que le RCAAQ a violée, déplore-t-il.

    Mis sur pied par le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine afin de préparer les modifications à la Loi sur le statut de l'artiste, le comité L'Allier a notamment réuni les acteurs des arts visuels entre les mois de juin et décembre 2009 afin de prendre le pouls de leurs revendications. Le rapport en découlant devrait être rendu public à la fin février.

    Mais entre-temps, le RAAV a déposé un mémoire à la ministre de la Culture, à la veille du budget provincial. Or le RCAAQ estime qu'avec ce mémoire, le RAAV reprend ses revendications, qui sont pourtant loin d'avoir fait l'unanimité au sein du comité L'Allier.

    «Ce que le RAAV demandait depuis quatre ans a été mis de côté» lors des rencontres du comité, dit Bastien Gilbert. Avec ce mémoire, le RAAV «court-circuite les démarches du comité L'Allier et l'action des centres d'artistes en matière d'art contemporain et actuel».

    M. Bédard argue pour sa part que le mémoire reprend des revendications défendues depuis longtemps par le RAAV, notamment le rééquilibrage des investissements publics entre le soutien à la présentation des expositions, qui coûte cher, et le soutien du marché de l'art, où il y a peu de mesures en place.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.