Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Arts visuels

    Entre les murs des galeries

    16 janvier 2010 |Jérôme Delgado | Arts visuels
    Le faux Bagdad, camp d’entraînement, d’Emanuel Licha
    Photo: Galerie SBC Le faux Bagdad, camp d’entraînement, d’Emanuel Licha
    L'artiste

    Trois expos en une. Ou une en trois. Impossible de rater Raymonde April en ce début d'année. Oeuvres inédites, archives personnelles, images trouvées, il y a de tout dans ce projet autour du processus de création, mené avec le concours du commissaire Eduardo Ralickas. Trois séries photos et une vidéo composent Équivalences, ensemble déjà à l'affiche aux galeries Donald Browne, et Les Territoires, en février au centre Occurrence.

    Mention à... Stéphane Gilot, présent avec ses installations à cheval entre réalité et (science-) fiction, tant en solo (centres Occurrence en mars et Optica en mai), qu'en groupe (Expansion, galerie de l'UQAM, février).

    L'événement

    Chaque année paire, le gros morceau hivernal arrive... en mai. Malgré l'échec de sa précédente édition, la Manif d'art demeure attendue. Le contenu sera dévoilé en mars, mais on sait qu'il aura la couleur de la «catastrophe», thématique choisie par la commissaire Sylvie Fortin, de la revue Art Papers. Et encore une fois le tout-Québec y sera.

    Mention à... La foire Papier, de l'Association des galeries d'art contemporain. Après la pause de 2009, voici le retour de ce modeste, mais énergique, coup de fouet sur le marché. En avril, dans l'inusité régiment militaire Black Watch.


    À l'oeil

    Avec son tourisme de guerre, Emanuel Licha a été une des heureuses surprises de la Triennale québécoise du Musée d'art contemporain en 2008. Le revoilà en solo, toujours aussi politisé. Entre document et mise en scène, entre «réalité virtuelle et réalité assistée», selon le commissaire Stephen Horne, il transformera, en mai, la galerie SBC et nous entraînera dans un faux Bagdad, camp d'entraînement militaire.

    Mention à... la prometteuse Olivia Boudreau, dont les vidéo-performances mettent à épreuve la patience et le rôle du spectateur. À Dazibao, en février.


    Le thème

    Diabolique, le début d'année à la galerie de l'UQAM. Avec un tel intitulé, même en venant de Saskatchewan, l'expo intrigue. Violence, guerre et conflits sociaux, ce sont les sujets de l'heure — l'actuel Échauffement planétaire du Musée des beaux-arts, par exemple. La sélection, internationale, est divine: les frères Chapman, William Kentridge, Shirin Neshat, Raymond Petitbon, etc. Inaugurée hier.

    Mention à... Manhattan Children's Wear de la coopérative Lézarts et Péripéties (maison de la culture Frontenac, janvier et mars), Les Nords magnétiques (galerie Leonard et Bina Ellen, février).


    Valeur sûre

    Un sundae pour les yeux, une cerise pour les oreilles, les installations cinétiques de Diane Landry se dégustent de mille façons. Sous exposée à Montréal, l'artiste de Québec sera en mars au centre Optica avec sa dernière aventure composée de bouteilles en guise de ventilateurs et dévoilée à l'automne dans sa propre ville. Un bonbon appelé Chevaliers de la résignation infinie.

    Mention à... Jérôme Fortin et Isabelle Hayeur (tous deux à Pierre-François Ouellette art contemporain, l'un en février, l'autre en avril), Nathalie Grimard (Trois points, février), Emmanuelle Léonard (galerie Donald Browne, mars).


    La chapelle

    Les anniversaires ne se distinguent presque plus tellement chacun devient événementiel. Reste que les 40 ans de l'UQAM, la galerie dirigée par Louise Déry, les soulignera avec faste. L'expo Expansion, en février, regroupera près de 70 artistes, ex-étudiants et/ou enseignants de la maison, de David Altmejd à Michel Goulet. Le programme comprend une Nuit blanche de performances.

    Mention à... Diagonale, centre des arts et des fibres, artisan d'une rencontre entre deux mondes textiles, celui de Montréal et de Buenos Aires. À la maison de la culture Côte-des-Neiges, en mars.


    Le retour

    Il y a bien longtemps que le photographe Serge Tousignant a montré où il en était avec ses jeux de lumière et d'ombre. Le voici, dans les prochains mois, non pas avec un, mais avec deux nouveaux corpus, «chroniques d'été» et «salles d'attente». L'un sera au centre Vu de Québec (mars), l'autre chez sa fidèle amie Madeleine Forcier, de la galerie Graff (mai).

    Mention à... Martin Boisseau et ses machines, à Graff également (février), Peter Krausz et ses huiles, à la maison de la culture Côte-des-Neiges (avril).


    Le commissaire

    Mathieu Beauséjour, l'artiste révolutionnaire un peu discret depuis son éclatant Monument à la Fonderie Darling (automne 2007), prend goût au commissariat. Et c'est à Saint-Jean-sur-Richelieu, au centre Action Art Actuel, qu'il s'exécute avec quatre expos regroupées sous le titre Le dernier instant. Son projet, lancé à l'automne, repose sur «la notion d'oeuvre in continuum qui se modèle et se reconstruit, s'augmente et s'adapte au fil de ses présentations». Luis Jacob (janvier), Sylvie Cotton (février), Claire Savoie (avril) et Éric Simon (mai) composent sa réflexion.


    La promotion

    Chaque saison amène les galeries à renouveler leur équipe. Parmi les nouveaux noms associés à une d'elles, Anthony Burnham représente sans doute le meilleur coup. C'est à la galerie René Blouin qu'il affiche, dès maintenant, ses explorations de l'espace pictural.

    Mention à... Cooke-Sasseville, le duo de Québec porté par la critique sociale et des installations pop et aguichantes. À la galerie Art Mûr, en mars, avec un «petit gâteau d'or».


    La curiosité

    Les vingt-deux cartes allégoriques du tarot, oeuvres d'art? C'est ce que dévoilera la maison de la culture Plateau-Mont-Royal en avril. Pour revisiter ce «formidable outil de projection», l'artiste Marie-Claude Bouthillier a invité une vingtaine de ses pairs, parmi lesquels des photographes (Ève K. Tremblay, Emmanuelle Léonard, Yan Giguère) et des peintres (Stéphanie Béliveau, David Lafrance, Max Wyse).

    Mention à... La langue des ombres, une réunion orchestrée par Gilles Daigneault. Avec Louise Viger, Catherine Bolduc, Danielle Sauvé, artistes faisant dans l'assemblage de matériaux et univers. À la galerie Joyce Yahouda, en janvier.


    Hors les murs

    Julie Faubert crache des mots comme personne. Son intervention sonore Les Mots ne se veut pas un flux de paroles vides, mais une réflexion sur la justesse de notre vocabulaire. «Cash», «orgasme», «biophilie», «bancocratie», certains mots restent, d'autres passent. À entendre en mai dans les rues de Montréal, quartier des Faubourgs, là où loge le centre Dare-Dare, parrain du projet.

    ***

    Collaborateur du Devoir












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.