Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Galeries - Du concret Delvoye à la virtuelle Biennale

    17 janvier 2009 |Jérôme Delgado | Arts visuels
    Quelques gros noms étrangers marqueront la saison hivernale des galeries et centres d'artistes montréalais. Nos artistes, vieux et moins vieux, ne seront cependant pas négligés pendant les prochains mois. Tout ça culminera avec la 5e Biennale de Montréal, dont on ne connaît pas grand-chose pour l'instant, sinon qu'elle fera le pari audacieux de la création en ligne.

    Commençons par les visiteurs de prestige. Wim Delvoye, l'intrépide et controversé artiste belge, ouvre l'année de la Galerie de l'UQAM avec sa machine Cloaca. Reproduisant en moult détails et précisions, y compris les excréments, l'appareil digestif, l'oeuvre se veut un autre portrait insolent de notre âme consommatrice. Cloaca no. 5 sera perceptible même à l'odorat. Impossible de la rater.

    Le centre Dazibao honore Bas Jan Ader (1942-1975) avec l'exposition, déjà en cours, intitulée Gravité. Six courtes vidéos, réalisées au début des années 1970, permettent de voir toute la pertinence du propos de l'artiste néerlandais versé dans la performance, et l'importance que son oeuvre a prise avec le temps.

    SBC, l'enseigne héritière de la galerie du centre Saidye-Bronfman, accueille Muntadas et son oeil critique du système de l'art. L'artiste catalan, qui sera présent lors de la Nuit blanche (28 février), présente On Translation: Fear/Miedo, un projet sur la peur véhiculée dans les médias, qui rassemble journaux, photos et vidéos.

    Des figures québécoises, c'est Claude Tousignant, un des survivants du groupe des plasticiens, sûrement le plus actif, qui sera à l'honneur. Pour accompagner en février la grande rétrospective (voir autre texte), la galerie Art Mûr dévoile des oeuvres sur papier. En juin, Riopelle reviendra dans l'actualité avec le lancement du catalogue raisonné de ses sculptures et une expo à la galerie Simon-Blais.

    Rendez-vous avec le cynisme

    Parmi les autres artistes bien établis et bien actifs, notons la photographe et Prix Borduas 2002 Jocelyne Alloucherie (en mars, à la galerie Roger-Bellemare), le photographe Evergon (mai, Trois Points), l'assembleur d'objets Serge Murphy (mai, centre Optica) et Gilles Mihalcean, qui se faisait rare. En fait, le sculpteur fera coup double en février en exposant et à Clark et à Circa.

    D'autres artistes doubleront aussi la mise. David Elliott, et sa peinture colorée basée sur un méli-mélo bien équilibré, s'affiche déjà au centre McClure, avenue Victoria, et le fera aussi, à la fin du mois, chez Joyce

    Yahouda. Le photographe et concepteur d'oeuvres interactives Alexandre Castonguay sera, lui, à Espace Vidéographe, avenue de l'Esplanade (fin janvier), et à la galerie Pierre-

    François-Ouellette art contemporain (mars).

    Mais ce qui est notable en ce début d'année, c'est le rendez-vous avec le cynisme. Outre la machine à consommer et déféquer de Delvoye, notons le doublé sur ce ton qui a cours au centre Clark, avec les expos de Mathieu Latulippe, sur le sensationnalisme en photographie, et de Marc-Antoine K. Phaneuf, sur la portée poétique des petites annonces. En février, au centre Articule, c'est la parfois très trash Céline B. La Terreur qui s'attaquera à d'autres mythes populaires, avec un projet autour de la mort de Maria Callas.

    Toujours dans le Mile-End, rappelons l'arrivée du centre Occurrence, qui fera défiler jusqu'en juin son lot d'artistes de l'image (Jean-Pierre Legault, Ève Cadieux, Sylvie Readman, Robin Dupuis) et les vingt ans que célèbre déjà la galerie Simon-Blais.

    La Galerie d'art d'Outremont aura une saison entièrement picturale (Marc Leduc et Carmen Ruchiensky, parmi d'autres), tout comme le fera, côté est, la galerie Graff (Isabelle Leduc, Jocelyn Jean, Marc Garneau). À Dazibao, en mars, Sophie Bélair Clément nous prépare à un défi avec son projet Regarder 24 Hour Psycho, alors qu'Oboro, en avril, fêtera ses 25 ans.

    Après son entrée en éclats et en odeurs venus de la Belgique, la Galerie de l'UQAM fera place à une des plus belles signatures en vidéo, Manon de Pauw. Nouvelles oeuvres, nouvelles expériences où le corps de l'artiste s'efface tranquillement, ce solo s'annonce majeur.

    Au Belgo, notons la présence, déjà, de Guillaume La Brie, dont les meubles iconoclastes ont souvent séduit, à la galerie B-312 , ou de la peintre Jeannie Riddle et du vidéaste Bertrand R. Pitt, à Circa. D'autres artistes attendus exposeront ici et là: Jean-Maxime Dufresne (centre Skol), Philomène Longpré (galerie Lilian Rodriguez) ou Marcio Lana-lopez, pour ne nommer qu'eux.

    Expos thématiques

    La galerie Leonard-et-Bina-Ellen est reconnue pour ses expos collectives. Il y en aura trois cette saison dont, en mai, Faux cadavre, un projet sur le «déchirement de l'identité». Elle réunira des trophées recyclés, collectionnés par l'unique Marc-Antoine K. Phaneuf, des danses autour d'objets domestiques, signées Julie Favreau, et d'une nouvelle visite audioguidée du dramaturge Olivier Choinière.

    En mars, au centre Vox, en collaboration avec la Cinémathèque québécoise, l'expo Road Runners réunira des créateurs qui rapprochent arts visuels et road-movie. La galerie Roger-Bellemare ira de ses habituelles réunions esthétiques, dont Chants sans paroles, qui portera sur l'inspiration musicale de plusieurs plasticiens. Enfin, au centre MAI, l'expo Hochelaga revisitée jettera un regard contemporain sur les origines autochtones de Montréal.

    Mais en ce qui a trait à des expos de groupe, c'est la 5e Biennale de Montréal qui est l'attendue (1er au 31 mai). La programmation ne sera dévoilée qu'en avril, mais il est connu qu'un appel a été lancé à la communauté internaute. BNL MTL, le joli acronyme qui l'identifie désormais, reposera sur l'axe dit de la «culture libre» et dont le cinéma, la musique et le design seront les principaux traits. Notons enfin que le centre Dare-Dare ira de son Off-Biennale. L'organisme sis au square Cabot veut célébrer «la diversité des pratiques artistiques dans des contextes non traditionnels».

    ***

    Collaborateur du Devoir












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.