Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?

    Ook Chung remporte le Prix des collégiens

    C'est sur Contes butô, de l'écrivain québécois Ook Chung, que des centaines de jeunes apprentis critiques ont arrêté leur choix dans le cadre du Prix littéraire des collégiens, pour lequel étaient également en lice La Héronnière, de Lise Tremblay, Adieu, Betty Crocker, de François Gravel, Discours de réception, d'Yves Gosselin, et Le Cahier noir, de Michel Tremblay. Le Devoir publie ce matin, dans le cahier Livres, cinq des meilleures critiques rédigées par les participants.

    «Nous voulions récompenser une oeuvre qui atteint l'universel mais qui ne délaisse pas l'humanité, l'individu», résumait hier l'un des cégépiens, Pierre-Alexandre Paquin, lors du dévoilement du nom du gagnant, au Salon du livre de Québec.

    Des représentants de 34 cégeps et collèges du Québec avaient longuement délibéré la veille pour choisir le lauréat du prix, d'une valeur de 5000 $. Depuis l'annonce des cinq livres candidats en novembre, des groupes d'étudiants se rassemblaient régulièrement dans le cadre de cours ou sur une base volontaire pour échanger sur les cinq ouvrages. Chacun de ces groupes avait nommé un délégué qui devait venir défendre le livre choisi par son collège ou son cégep à la rencontre de Québec.

    Apparemment, l'expérience s'est avérée particulièrement enrichissante: «C'était le fun, pour une fois, de se réunir en groupe pour parler de la lecture. C'est un peu tabou, la lecture, quand on est jeune; c'est mal vu d'être intellectuel. Mais quand j'ai participé au concours, je me suis rendu compte que je n'étais pas la seule, et puis j'ai pu échanger avec d'autres là-dessus», expliquait Christine Lampron, du collège Laflèche, lauréate de l'une des bourses d'études décernées aux jeunes dans le cadre de cette activité.

    Inspiré du Goncourt des lycéens en France, le Prix littéraire des collégiens est né, cette année, de la fusion de deux concours de plus petite échelle organisés au Collège Montmorency et au Collège de Sherbrooke. Un groupe d'élèves du lycée Zola, à Rennes, en France, s'est également prêté à l'exercice.

    Pour le professeur de littérature Bruno Lemieux, qui fait partie des instigateurs du projet, l'enthousiasme manifesté par les jeunes participants devrait nous inciter à revoir certaines de nos perceptions: «On peut s'étonner de la rigueur et de la passion avec laquelle ces jeunes-là participent parce que ça entre en contradiction avec le préjugé non fondé selon lequel les jeunes ne lisent pas, ne sont pas intéressés par la réflexion et sont incapables d'exercer leur esprit critique.»

    Dans un message lu par son éditeur, Pascal Assathiany, l'écrivain Ook Chung, qui se trouvait au Japon, son pays d'origine, au moment de la cérémonie, a dit pour sa part que c'était «un grand privilège, d'avoir été ainsi adopté par des lecteurs de [la jeune] génération».

    Deuxième ouvrage de Chung après L'Expérience interdite, Contes butô est un recueil de nouvelles plutôt sombre, où l'on retrouve des personnages aux expériences angoissantes et surréalistes. À propos du choix de ce livre, le porte-parole du prix, l'écrivain et animateur Stanley Péan, se disait à la fois surpris et enthousiaste: «C'est une lecture exigeante, ce sont des nouvelles. Les jeunes n'ont pas fait le choix de la facilité. Ça montre qu'ils ont été de très bons lecteurs. J'aurais bien aimé pouvoir assister à leurs délibérations.»

    Le Prix littéraire des collégiens est organisé conjointement par la Fondation Marc Bourgie, Le Devoir et des représentants du Cégep de Saint-Jérôme et des collèges Laflèche, Montmorency et de Sherbrooke. Ce projet a été rendu possible grâce au soutien de la Banque Nationale du Canada, du consulat général de France à Québec, des ministères québécois de l'Éducation et de la Culture, de Scabrini Média et du groupe CGI.

    En plus du prix remis à Ook Chung, on a fait tirer, parmi les étudiants participants, des abonnements au quotidien Le Devoir, six bourses d'études accordées par la Fondation Marc Bourgie, ainsi qu'un voyage culturel et sportif en France qui a été offert à Maude Lapierre, du Cégep de Sept-Îles.

    Outre le Prix des collégiens, quatre autres distinctions littéraires ont été remises dans le cadre du Salon du livre de Québec. Ainsi, le Grand Prix de la science-fiction et du fantastique québécois, accompagné d'une bourse de 2500 $, a été décerné à l'auteur Alain Bergeron pour Phaos. Dans la catégorie des nouvelles, le prix Adrienne-Choquette a été attribué à Suzanne Myre pour Nouvelles d'autres mères. Le jury a également décerné une mention aux Carnets américains de Louise Cotnoir. Le Prix littéraire Champlain 2003 du Conseil de la vie française en Amérique a, quant à lui, été remis au livre Les Franco-Américains de la Nouvelle-Angleterre. Rêves et réalités, d'Yves Roby. Enfin, le Salon du livre, le consulat de France, l'Office franco-québécois pour la jeunesse et la revue Alibis ont remis le Prix de la nouvelle policière au jeune Guillaume Martel-Lasalle pour Trumpet's Blues, avec une mention spéciale à Marjorie Vallée pour Mémoire délaissée.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel