Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Des reporters boulimiques de culture partagent leur coup de cœur de la semaine

    Les flâneurs

    Illustration: Le Devoir

    François
    Lévesque

    À revoir au Nouvel An

    Billy Wilder a réalisé maints classiques, dont Sunset Boulevard, mais mon favori demeure La garçonnière (The Apartment). Jack Lemmon y incarne un employé qui prête son appartement à ses supérieurs afin de gravir les échelons. Ses plans sont toutefois contrecarrés lorsqu’il s’éprend d’une collègue (merveilleuse Shirley Maclaine). Vive et truffée de passages hilarants, cette comédie, parfois tragicomédie, constitue un modèle de parfaite construction narrative. Plusieurs des thèmes abordés étaient, à l’époque, risqués. Le tout culmine au Nouvel An avec un dernier échange mémorable. Sur votre plateforme favorite.


    Odile
    Tremblay

    La Veillée de l’avant-veille

    Ça prend quelques classiques du temps des Fêtes pour rappeler que la Terre continue de tourner, sans larguer ses amarres avec le passé. Le 30 décembre, à 20 h, la 21e Veillée de l’avant-veille montre qu’elle s’est bien installée dans le paysage montréalais. Au Club Soda, le groupe trad Le Vent du Nord, sous sa formule quintette avec nouveau membre (le violoniste André Brunet), fait swinguer la bacaisse. En première partie : Nicolas Pellerin et Les Grands Hurleurs. En clôture : la violoniste Stéphanie Lépine et le câlleur-gigueur Jean-François Berthiaume venus se joindre aux deux autres groupes.


    Manon
    Dumais

    Se souvenir de Cohen

    Il est parti discrètement en novembre 2016, et depuis, il nous manque terriblement. Heureusement, sa poésie est éternelle. Pour mieux profiter des vacances, on se replonge avec délectation dans l’univers musical du grand Montréalais en écoutant en boucle Hommage à Cohen, webradio concoctée par l’équipe d’ICI Musique. Outre le plaisir de se laisser bercer par la voix pénétrante de Cohen, on y retrouve d’étonnantes reprises, dont First We Take Manhattan par REM et I’m Your Man par Nick Cave, ainsi que de touchantes adaptations françaises, dont Suzanne par le regretté Alain Bashung et De passage par Graeme Allwright.


    Philippe
    Papineau

    « This Is Us » : quelle famille !

    « Tu vas voir, tu vas brailler à chaque épisode », avait lancé une amie en vantant la première saison de la série américaine This Is Us, disponible sur Netflix. Ouais, c’est ça, à d’autres. Bilan après les 18 épisodes : c’était un mensonge éhonté, car j’ai pu garder les yeux secs sur deux épisodes. L’émission s’ancre dans le noyau familial d’un couple attachant qui attend des triplés, que l’on verra grandir. This Is Us est raconté sur deux époques, celle des jeunes parents et celle des enfants devenus adultes. Le passé éclairant le présent, le présent se nourrissant du passé. La facture est classique, mais c’est terriblement efficace.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.