Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Un nouveau test pour décrire les stéréotypes des rôles masculins et féminins au cinéma

    Jake et Neytiri, dans une scène d’Avatar
    Photo: 20th Century Fox Associated Press Jake et Neytiri, dans une scène d’Avatar

    Peut-on se fier aux apparences, même dans un film d’animation de science-fiction 3D ? Voyons voir avec Avatar. Le film de 2009 détient toujours la pole position du plus gros succès de l’histoire du cinéma avec une recette mondiale supérieure à celle de Titanic (1997), plus de deux milliards au box-office. Le Cirque du Soleil de Montréal en a tiré une adaptation pour la scène (Toruk). Le réalisateur canadien James Cameron, Crésus de la caméra, tourne depuis des mois les suites de sa fable écolofuturiste, dérivés dont le budget de production pourrait atteindre le milliard, autre première dans l’histoire du cinéma.

     

    Il n’y a pas que l’évaluation financière, évidemment. Que vaut Avatar du point de vue de l’égalité des genres ? Le film ne réussit pas le fameux test de Bechdel. Cette pochade expérimentale demande ironiquement si, dans une oeuvre, une seule scène implique au moins deux personnages féminins qui parlent entre eux (ou plutôt entre elles) de n’importe quel autre sujet qu’un homme.

     

    Même un dialogue entre filles sur le magasinage suffit pour se qualifier. Or, plus de la moitié des quelque 7450 films recensés par bechdeltest.com ne réussissent pas le contrôle sexiste de base.

     

    Avatar non plus donc. Pourtant, le film met en scène la princesse extraterrestre Neytiri à mille lieues des stéréotypes du sois-belle-et-tais-toi : la géante bleutée paraît libre, agile, forte et déterminée comme une panthère.

     

    Une autre grille développée par des chercheurs de l’Université de Washington à Seattle donne au contraire raison à cette impression de travail équilibré, sans clichés. La nouvelle échelle postbechdélienne place à quasi-égalité les personnages féminins et masculins d’Avatar quand ils manifestent leur autorité (power) ou leur esprit de décision (agency ou decisiveness), en paroles comme en gestes. Allez les bleues !

     

    « Je dirais que notre test complète en quelque sorte le test de Bechdel », dit en entrevue téléphonique Hannah Rashkin, doctorante de l’École Paul G. Allen School de génie et de science informatiques, coauteure de l’étude Connotation Frames of Power and Agency in Modern Films. « Nous mesurons davantage de paramètres et notre approche se veut plus englobante. »

     

    La volonté de puissance

     

    Le travail des humanités numériques analyse par ordinateur les scénarios et les résumés des oeuvres. La banque disponible en ligne de films décortiqués en compte déjà 772, essentiellement américains. Elle rassemble plus de 21 000 personnages des deux sexes.

     

    Cette simple compilation permet déjà de constater que le florilège compte deux fois plus de personnages masculins que féminins (34,6 %) mais aussi que les acteurs prononcent près des trois quarts (71,8 %) des répliques aux écrans. Au début de la domination était le verbe…

     

    D’ailleurs, pour l’anecdote, 42 % des films de l’équipe de Washington ne réussissent pas le test de Bechdel. Et comme de fait, plus les personnages féminins ont de temps d’écran, plus ils réussissent le test.

     

    « Beaucoup de films réussissent le test de Bechdel sur un détail technique, alors qu’au fond, ce n’est pas parce que deux femmes se parlent dans un film que le film présente une image positive des femmes », dit Maarten Sap, autre doctorant coauteur de l’étude, qui compte cinq signataires. « Notre perspective est plus ancrée et fondée linguistiquement. Et nous sommes bien conscients que les deux tests présentent des forces et des faiblesses et que, même combinés, les deux ne saisissent pas tous les partis pris liés aux genres dans les films. »

     

    Analyse des verbes

     

    Le postulat de l’enquête mise sur le verbe, un mot d’action. L’analyse utilise une échelle de 1 à 3 pour classifier 3700 verbes présélectionnés et classifiés. La grille dit si un verbe employé témoigne de l’autorité d’un personnage sur un autre (power), s’il le domine par exemple. La notion d’« agentivité » (agency) renseigne sur le contrôle autonome exercé par le personnage sur sa propre vie et son propre récit.

     

    Ce qui donne quoi concrètement ? Si une femme parle à un homme pour lui « demander » de faire tel ou tel geste, ce verbe reçoit moins de points de pouvoir que si elle l’« exige ». La liste des verbes « impuissants » comprend attendre, relaxer, excuser et demander. Par contre, construire, détruire, assigner ou imposer se retrouvent du côté de la « puissance ».

     

    L’étude montre qu’en général les personnages masculins ont plus de pouvoir que les féminins. La faveur masculine se vérifie même dans les films scénarisés ou dirigés par des femmes.

     

    « Les femmes ont tendance à obtenir moins de pouvoir et moins d’autonomie que les hommes », résume M. Sap. « Le constat demeure dans tous les sous-genres, la comédie, comme l’horreur, le drame, la science-fiction et les thrillers. »

     

    Elsa, Anna et Cinderella

     

    Cette méthode linguistique permet également de relativiser la transformation à long terme des portraits de genre. Les vieux films ne sont pas nécessairement plus stéréotypés que les récents. Citizen Kane (1941) obtient une bonne note égalitaire et même favorable aux personnages de femmes tandis que Grand Budapest Hotel (2014) se révèle discriminatoire. Pourtant, les deux ne répondent qu’à un des trois critères du test de Bechdel.

    Les femmes ont tendance à obtenir moins de pouvoir et moins d’autonomie que les hommes
    Maarten Sap

    M. Sap propose une autre comparaison, cette fois entre La reine des neiges (Frozen en anglais, 2013) et Cendrillon (1950). Les deux dessins animés de Disney réussissent le test de Bechdel.

     

    Toutefois, la nouvelle grille permet d’établir que le récent personnage d’Elsa est le seul à atteindre un score élevé (autour de 60 %) en matière de puissance et d’action tandis que l’Anna des années 2010 et la Cendrillon des années d’après-guerre obtiennent de bien faibles notes, à peu près similaires, à ce jeu plus complexe du power et de l’agency. Les deux femmes animées se révèlent finalement aussi passives et soumises.

     

    « Ce résultat nous a surpris, avoue M. Sap. Frozen est perçu comme un film très positif pour les femmes. Il le demeure à bien des égards, mais avec des nuances maintenant. »

     

    « Le résultat de Frozen nous a tous étonnés », ajoute Hannah Rashkin. « En fait, nous observons que, dans ce genre de film, on propose en général un personnage féminin fort, autoritaire et autonome, alors que les autres restent sur le modèle traditionnel moins puissant et plus soumis, ce qui semble malheureux. »













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.