Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Sylvain Archambault admet des torts face aux allégations d’inconduite sexuelle

    Le réalisateur admet que les témoignages rapportés ont «un fondement de vrai»

    Le réalisateur Sylvain Archambault
    Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Le réalisateur Sylvain Archambault

    Le réalisateur Sylvain Archambault, qui a fait l’objet d’allégations d’inconduite sexuelle dans les médias, affirme que « certains témoignages rapportés ont un fondement de vrai », tout en disant n’avoir « jamais posé un geste désobligeant à caractère sexuel ».

     

    Dans un communiqué publié dimanche, Sylvain Archambault dit vouloir dire à ceux et à celles « qui ont pu se sentir humiliés par mes propos ou blessés par des gestes déplacés, que je n’ai jamais, au grand jamais, eu l’intention de le faire ». Et si c’est le cas, ajoute-t-il, il s’en excuse « profondément ».

     

    Un article publié dans le quotidien La Presse, mercredi dernier, citait de nombreux témoignages d’acteurs, d’actrices et d’artisans qui dénoncent les méthodes hostiles du réalisateur, ses allusions à caractère sexuel et même des attouchements — des comportements qui seraient exacerbés par sa consommation d’alcool sur les plateaux de tournage.

     

    Également par communiqué, le jour même, Sylvain Archambault avait nié catégoriquement les propos — selon les termes employés par le réalisateur — qu’« auraient tenus, sous le couvert de l’anonymat, des personnes l’ayant côtoyé ». Il avait même déclaré que l’anonymat permettait « de dire n’importe quoi, même des faussetés ».

     

    Ne pas sanctionner l’auditoire

     

    Radio-Canada avait affirmé mercredi que les allégations publiées dans l’article devaient être prises au sérieux et a dit comprendre « la réaction des personnes qui en ont témoigné ».

    Je reconnais que nous sommes dans une ère nouvelle et que j’aurais dû changer mes façons de faire en conséquence
    Sylvain Archambault

    La télévision publique a indiqué entendre offrir à ses téléspectateurs Les pays d’en haut et Cheval-Serpent — deux émissions réalisées par Sylvain Archambault — comme prévu à l’hiver 2018. Radio-Canada a indiqué que « les retirer équivaudrait à pénaliser nos auditoires et des dizaines d’artistes et d’artisans ».

     

    « On a fait grand état au cours des derniers jours d’allégations me concernant. Bien que plusieurs de celles-ci doivent être nuancées, certains témoignages rapportés ont un fondement de vrai », a affirmé Sylvain Archambault, dimanche.

     

    « Il est vrai que j’ai fait usage dans toute ma carrière d’un langage ou [que j’ai] posé des gestes qui appartiennent à une autre époque. Aucun cependant ne peut justifier de me qualifier d’agresseur ou de harceleur sexuel. Je reconnais que nous sommes dans une ère nouvelle et que j’aurais dû changer mes façons de faire en conséquence. Toutefois, ces comportements étaient sans malice, ni mauvaises intentions », a aussi soutenu le réalisateur.

     

    Sylvain Archambault a affirmé avoir simplement voulu en tout temps « obtenir le meilleur » des membres de son équipe.

     

    « Oui, j’ai provoqué ! Oui, j’ai forcé des émotions ! Oui, j’ai poussé des comédiens et des comédiennes à puiser au plus profond d’eux-mêmes. Jamais je n’aurais cru que mes stratégies, utilisées pour le seul et unique bien du projet sur lequel je travaillais, pourraient blesser certaines personnes de mon entourage [comédiens, techniciens, figurants, etc.]. Bien que la plupart aient saisi ma bonne intention, je constate avec beaucoup d’amertume que ce ne fut pas le cas de tous, et je le regrette », a-t-il ajouté.

     

    Il a dit souhaiter terminer ses projets en cours, dont le tournage de la série Mensonges 4, pour ensuite se « retirer pour faire le point. Je vous remercie à l’avance, de la seconde chance que vous me donnerez », conclut-il.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.