Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Le refinancement du CALQ déçoit le milieu artistique

    Des compressions de 2,5 millions de dollars en 2015 ont également influé durablement sur les budgets de fonctionnement des organismes de services aux artistes et des regroupements nationaux de représentation.
    Photo: Pedro Ruiz Le Devoir Des compressions de 2,5 millions de dollars en 2015 ont également influé durablement sur les budgets de fonctionnement des organismes de services aux artistes et des regroupements nationaux de représentation.

    Les 4 millions supplémentaires injectés au Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) sont « très insuffisants » selon le milieu artistique.

     

    Le ministre de la Culture et des Communications, Luc Fortin, augmente le budget du Conseil avec cette somme dégagée de son ministère, a-t-il annoncé dans une entrevue publiée samedi dans La Presse. Il accorde en outre au Conseil plus de « souplesse » dans l’attribution d’une enveloppe déjà existante de 3,3 millions de dollars.

     

    Le Mouvement pour les arts et les lettres (MAL), qui réclame plutôt un refinancement de 40 millions de dollars, reçoit cette annonce comme « une douche froide ». « Nous sommes très déçus », laisse tomber au téléphone Fabienne Cabado, porte-parole du MAL.

     

    Ce mouvement avait organisé une marche le 24 avril dernier, avec le Conseil québécois du théâtre (CQT), dénonçant « l’insoutenable état d’urgence » dans lequel vivent les artistes. Deux jours plus tard, l’Assemblée nationale adoptait à l’unanimité une motion demandant d’octroyer des « sommes supplémentaires dès cette année » pour l’organisme subventionnaire.

     

    Le CALQ, dont la prochaine réunion du conseil d’administration a lieu lundi soir, se trouve en effet dans une période charnière. Il fixe à l’heure actuelle le montant des subventions accordées pour les quatre prochaines années aux organismes culturels et artistiques. Il s’agit du programme de « soutien à la mission », permettant de maintenir une structure administrative dans ces organismes.

     

    Pourquoi ne pas avoir augmenté le financement dès le dépôt du budget par le gouvernement dans un moment aussi critique et ainsi apaiser le milieu artistique ? « Il fallait dégager cette marge de manoeuvre avant de pouvoir l’annoncer. Les crédits ont été adoptés par l’Assemblée nationale à la mi-mai », explique le ministre.

     

    « Les comités d’évaluation sont terminés. Nous en sommes à déterminer les montants [de soutien à la mission de chacun des organismes retenus]. Les décisions seront annoncées dans la semaine du 1er juillet », confirme Anne-Marie Jean, présidente-directrice générale du CALQ. Elle accueille ainsi « positivement » cette annonce, comme un « premier geste » avant la nouvelle politique culturelle, également très attendue.

     

    Valse des enveloppes

     

    Le budget total de soutien à la mission des organismes augmente ainsi de 7,3 millions : 4 millions « d’argent frais » et 3,3 millions réalloués à partir d’une enveloppe de création jeunesse.

     

    Le gouvernement avait octroyé l’an dernier une aide ponctuelle pour cinq ans de 5 millions de dollars par année. « Les 5 millions annoncés font maintenant partie de la subvention annuelle de base, incluant les 3,3 millions transférés au soutien à la mission », détaille Mme Jean. Le critère « jeunesse » est donc levé pour cette partie de l’enveloppe.

     

    Ces montants ne suffiront pas à rattraper l’inflation et la non-indexation des aides financières, rétorque Fabienne Cabado, le mouvement derrière elle.

     

    « Le budget augmente, les chiffres absolus le démontrent », soutient le ministre Fortin. Il reconnaît « qu’il n’y a pas eu de hausse mirobolante du CALQ au cours des dernières années », en citant « les efforts budgétaires de tout l’appareil gouvernemental ».

     

    Cette hausse serait cependant artificiellement gonflée par des transferts de responsabilités. Le soutien financier de près de 9 millions de dollars de l’Orchestre symphonique, auparavant payé à travers Loto-Québec, est par exemple donné à travers le CALQ depuis 2015.

     

    Trop de millions sont affectés « au béton » et aux dettes, déplore la porte-parole du MAL. Le service de la dette continue de croître au sein du ministère, pour atteindre 26 % des crédits budgétaires cette année, admet M. Fortin.

     

    Des compressions de 2,5 millions de dollars en 2015 ont également influé durablement sur les budgets de fonctionnement des organismes de services aux artistes et des regroupements nationaux de représentation.

     

    Un manque de considération ?

     

    L’aide financière qui doit être annoncée pour les quatre prochaines années sera répartie plus équitablement par rapport à « l’historicité », c’est-à-dire au nombre d’années d’existence d’un organisme, affirme par ailleurs la présidente du Conseil. Le CALQ consacrera maintenant le quart de son enveloppe aux « nouveaux joueurs ».

     

    « On veut accueillir plus de joueurs, mais à quelles conditions et pour leur permettre de faire quoi ? Comment voulez-vous faire fonctionner une structure avec 35 000 $. On n’a plus les moyens de créer de grandes oeuvres », cite Mme Cabado en exemple.

     

    Au-delà de l’enchevêtrement des chiffres, elle renouvelle son appel au ministre : « Les besoins sont nettement supérieurs à ce qui a été offert. On espère vraiment une rencontre de travail avec M. Fortin pour les évaluer. »

     

    Les artistes québécois doivent disposer des moyens pour se déployer à la mesure de leur talent et « à la mesure des ambitions de toute une société », plaide-t-elle. Pour en finir avec le préjugé « d’artiste quêteux », elle exhorte à reconnaître leur rôle dans la sphère sociale et économique.

     

    Le ministre Luc Fortin indique par ailleurs que la marge de manoeuvre dégagée de son ministère n’est pas encore épuisée. Il doit procéder cette semaine à deux annonces en matière de patrimoine religieux.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.