Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Marie Rollet était veuve au moment de son mariage avec Louis Hébert

    Au pied du monument consacré à Louis Hébert dans le parc Montmorency se trouvent Marie Rollet, ses trois enfants et son gendre, Guillaume Couillard.
    Photo: Jean Gagnon / Wikipedia Au pied du monument consacré à Louis Hébert dans le parc Montmorency se trouvent Marie Rollet, ses trois enfants et son gendre, Guillaume Couillard.

    Selon des recherches de l’historien Jacques Mathieu dévoilées mardi, Marie Rollet, épouse de Louis Hébert, était veuve au moment de son mariage avec lui en l’église Saint-Sulpice à Paris. « On ignorait jusqu’ici la date du mariage entre les deux : février 1601. » Se remarier n’est pas quelque chose de bien particulier pour l’époque, mais le fait était inconnu.

    La famine, la crainte et l’éloignement : voici ce que trouva Marie Rollet en arrivant au Nouveau Monde à l’été 1617 avec ses trois enfants et son mari. Le couple venait de Paris. Louis Hébert, un apothicaire comme son père, est considéré comme le premier colon de la Nouvelle France. Pour célébrer le 400e anniversaire de cette arrivée, un congrès de pharmaciens rassemblera plus de 1500 spécialistes cette année à Québec.

     

    Louis Hébert cédera sa maison à Paris pour s’embarquer avec son épouse et ses trois enfants sur un navire qui promet de les conduire outre-Atlantique. La famille s’engage contre une promesse de revenus qui ne sera pas tenue. Tous les membres de la famille sont mis au service d’une compagnie de traite de fourrures. Pour survivre, Hébert cultive un potager où croissent des légumes et des grains.

    Subvenir aux besoins

     

    Après la mort de Louis Hébert, survenue en mai 1629, Marie Rollet se remariera à nouveau, cette fois avec Guillaume Hubou. Elle est morte à Québec en 1649. L’attention des historiens a surtout été consacrée par le passé à Louis Hébert. Mais la vie de Marie Rollet témoigne certainement de la condition des femmes de son époque, aux prises avec une mortalité infantile terrible et la nécessité de trouver à tout prix mari.

    « Le veuvage et le remariage, c’est assez commun pour les femmes de l’époque. C’est une question de survie », affirme l’historienne Sophie Imbeault. « La troisième fois où elle se remarie, en 1629, les frères Kirke envahissent Québec. Elle a des enfants mineurs. La question de la survie se pose. »

     

    En 1632, lorsque Québec est rendue aux Français, on note qu’il y a, chez Marie Rollet et sa fille, deux des trois autochtones que Champlain avait voulu ramener avec lui en France. Marie Rollet s’occupe en outre d’un Noir malgache, un esclave qui avait été donné et qu’elle avait recueilli, estime Jacques Mathieu.













    Envoyer
    Fermer
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.