Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Jean Bissonnette 1934-2016

    Un pionnier de la télé moderne

    Le réalisateur et producteur Jean Bissonnette en 2013
    Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Le réalisateur et producteur Jean Bissonnette en 2013

    Jean Bissonnette, le grand timonier de la télévision québécoise moderne, est mort mardi à l’âge de 82 ans. Celui qui a fait rire le Québec, de Moi et l’autre à La petite vie, en passant par le Bye Bye ou Appelez-moi Lise, celui qui a produit les grands de la chanson québécoise, de Gilles Vigneault à Roch Voisine, s’est éteint à l’hôpital.

     

    Guy A. Lepage, qui se considérait comme le fils spirituel de Jean Bissonnette, a écrit sur son fil Twitter, à l’annonce de ce décès : « Mon ami et papa de remplacement Jean Bissonnette est décédé aujourd’hui. Il était le producteur de Un gars, une fille. Entre autres. »

     

    L’automne dernier, Jean Bissonnette recevait le prix Guy-Mauffette des Prix du Québec, qui récompense un artisan de la radio et de la télévision. « Le star-system qu’il contribue à édifier constitue d’ailleurs la clé de voûte du succès de notre télé des variétés », écrivait-on de lui à cette occasion. Déjà, en 1955, c’est Jean Bissonnette qui était derrière l’émission pour enfants Pépinot et Capucine, à l’antenne de Radio-Canada, avant même l’avènement de la télévision en couleurs. Après avoir été réalisateur et metteur en scène, il devient producteur, et fonde notamment Avanti Ciné Vidéo, qui produira La petite vie, de Claude Meunier, et Un gars, une fille, de Guy A Lepage. Ce dernier a d’ailleurs dit que M. Bissonnette lui avait « tout appris » à l’occasion de cette collaboration. Il arrivait d’ailleurs encore récemment que Bissonnette téléphone à Lepage pour lui faire des commentaires sur l’émission Tout le monde en parle.

     

    On dit de Jean Bissonnette que tout ce qu’il touchait se transformait en succès. Et que son secret était de ne jamais se prendre au sérieux tout en travaillant sérieusement. « J’étais bon public et je le suis encore »,disait-il.

     

    Show-business

     

    En 2011, Radio-Canada consacre à Bissonnette un documentaire de 90 minutes, Le show-business québécois, du big bang à aujourd’hui. On y apprenait entre autres que c’est Jean-Pierre Ferland qui lui a présenté Gilles Vigneault, pour que Bissonnette l’engage à l’émission Music-hall,en 1960. Jean Bissonnette racontera aussi que l’un des numéros les plus comiques qu’il a mis en scène, celui d’Olivier Guimond et Denis Drouin sur les mesures de guerre, dans le Bye Bye de 1970, avait été tourné en une seule prise à 7 h 30 du matin.

     

    Pour Lise Payette, qui a travaillé avec lui sur le plateau d’Appelez-moi Lise, Jean Bissonnette était un réalisateur encourageant, mais qui poussait toujours les gens avec qui il travaillait plus haut, plus loin. Il excellait dans l’art de former des gens au métier, mais aussi de leur faire confiance. Il avait le don de donner l’envie aux gens de travailler ensemble. « C’est la fin d’une façon de faire de la télévision », dit-elle.

     

    « J’ai vraiment beaucoup, beaucoup, beaucoup d’admiration pour les gens avec qui j’ai travaillé, disait Bissonnette. Être seul devant Vigneault qui me faisait les chansons qu’il créait pour les spectacles que l’on montait ensemble, ça a été de grands moments pour moi. Je me considère comme privilégié d’avoir été le premier public de ces artistes. » Jean Bissonnette a été entre autres derrière les fêtes de la Saint-Jean de 1975, présidées par Lise Payette. Il a ensuite mis au point les premiers galas Juste pour rire, propulsant la carrière de nombreux humoristes québécois.

     

    Succès colossaux

     

    À Radio-Canada, le vice-président Louis Lalande a diffusé des condoléances pour la famille de Jean Bissonnette.

    « Toute la grande famille de Radio-Canada est profondément attristée par le décès de Jean Bissonnette et se joint à moi pour souhaiter à ses proches nos plus sincères condoléances. Jean Bissonnette a contribué à faire de la télé publique un des principaux moteurs de notre show-business. Il a joué un rôle de premier plan tant comme réalisateur d’émissions de variétés marquantes des années 50 aux années 80 que comme cofondateur et producteur d’Avanti Ciné Vidéo, qui est à l’origine de succès colossaux à Radio-Canada tels La petite vie et Un gars, une fille. En outre, tous ceux qui ont eu le privilège de le côtoyer ont pu apprécier sa passion pour les artistes, son flair infaillible et sa grande générosité. »

     

    Denise Filiatrault, qui a travaillé avec Jean Bissonnette dès les débuts de la populaire télésérie Moi et l’autre, où elle partageait la vedette avec Dominique Michel dans les années 1960, a exprimé son chagrin sur la page Facebook du Théâtre du Rideau Vert. « Denise Filiatrault et le Théâtre du Riveau Vert sont très attristés par le décès de Jean Bissonnette, réalisateur qui a produit Moi et l’autre et qui a produit Un gars, une fille. » Jean Bissonnette a récemment légué ses archives à Bibliothèque et archives nationales du Québec. Il était aussi le père, entre autres, de la danseuse étoile des Grands Ballets canadiens Anik Bissonnette, qui dirige aujourd’hui l’École supérieure de ballet du Québec.

    Le réalisateur et producteur Jean Bissonnette en 2013 Jean Bissonnette le 2 novembre 2015 à Montréal












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.