Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    Stéphan La Roche quitte le CALQ

    Le président-directeur général sortant prendra la tête des Musées de la civilisation du Québec

    Stéphan La Roche assurera la direction des Musées de la civilisation du Québec.
    Photo: François Pesant Le Devoir Stéphan La Roche assurera la direction des Musées de la civilisation du Québec.

    Surprise, mercredi, dans le milieu culturel à l’annonce du départ de Stéphan La Roche du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ). Nommé président-directeur général de la société d’État en 2013 après avoir occupé le poste de directeur de la musique et de la danse à partir de 2008, M. La Roche a veillé aux destinées d’une réorganisation majeure visant notamment à faciliter l’accès au financement pour les créateurs.

     

    Suspect, ce départ en pleine révolution ? Pas le moins du monde, le principal intéressé ayant accepté de prendre la tête des Musées de la civilisation du Québec. Il s’agissait non seulement d’une offre qu’il ne pouvait refuser, mais d’un rêve qui se concrétise.

     

    « Oui, c’était un vieux rêve, réitère Stéphan La Roche, qui entrera dans ses nouvelles fonctions le 13 octobre. J’ai toujours aimé les musées, et les Musées de la civilisation, ça représente cinq établissements : c’est un mandat très large. Il y a le Musée de la civilisation comme tel, mais également le Musée de l’Amérique francophone, le Musée de la place Royale, la Maison Chevalier et le Centre national des collections. On parle d’une occasion exceptionnelle. »

     

    En prenant la direction générale de ce qui constitue l’un des plus importants ensembles muséaux d’Amérique du Nord, Stéphan La Roche se trouve en outre à boucler une boucle professionnelle.

     

    « Mon premier emploi étudiant, c’était guide-animateur au Musée de la civilisation lors de l’ouverture, en 1988, révèle-t-il. J’étais là ; j’ai ce lien intime. J’ai plus tard été directeur de Place Royale pour la SODEC, une période durant laquelle j’ai supervisé la reconstruction des maisons Smith et Hazeur, qui accueillent le Musée de la place Royale. Ajoutez à ça le fait que je suis un gars de Québec qui a étudié au Petit Séminaire dont le musée, que j’ai fréquenté assidûment, est devenu celui de l’Amérique francophone… »

     

    Bref, on revient aux premières amours, qui plus est dans un contexte idéal.

     

    « Le présent directeur général Michel Côté, qui prendra sa retraite le 9 octobre, a non seulement tout mon respect, mais toute mon amitié. Je reçois une institution qui va bien, qui est santé, et qui est rénovée de fond en comble à la suite de l’incendie. C’est un peu comme le phoenix qui renaît de ses cendres, et moi j’arrive à ce moment charnière. Je compte tabler sur ce renouveau pour développer. Fondamentalement, c’est ce que je suis : un développeur. »

     

    Un moment opportun

     

    On l’a évoqué, Stéphan La Roche a procédé à une vaste restructuration du CALQ, laquelle visait à répondre avec plus de souplesse, un maître mot, aux enjeux des milieux culturels. Consultations et chantiers de réflexion ont été tenus à cet effet. L’accès au programme de bourses avec l’inscription des demandes en tout temps a été amélioré, de nouvelles clientèles ont été rejointes, des mesures pour encourager la création numérique ont été instaurées, l’Ordre des arts et des lettres du Québec est né, entre autres accomplissements.

     

    « Et dans tout ça, on a maintenu l’équilibre budgétaire, même que le budget du CALQ a augmenté de 90 à 107 millions de dollars, rappelle M. La Roche. Je le répète, car ce n’est pas rien dans le contexte. Les relations avec la ministre de la Culture et avec le milieu sont très bonnes… C’était un moment opportun pour partir, alors que ça va bien. »

     

    « [Stéphan La Roche] laisse une organisation solide et efficace avec une belle vision d’avenir à laquelle adhère toute l’équipe du CALQ », confirme la présidente du conseil d’administration du CALQ, Marie Côté.

     

    La ou le successeur de M. La Roche n’est pas encore connu. Il revient au gouvernement, sur la recommandation du conseil d’administration, de procéder à la nomination.













    Envoyer
    Fermer
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.