Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Le CAC détaille son nouveau modèle

    L’organisme fédéral fait passer de 147 à six le nombre de ses programmes

    Le Conseil des arts du Canada (CAC) a dévoilé mercredi matin quelle forme prendra son nouveau modèle de financement. C’est un grand coup de barre, annoncé du reste, que donne ce faisant l’organisme. En effet, les 147 programmes d’autrefois se muent à présent en six programmes nationaux.

     

    On se souviendra qu’au mois de janvier dernier, le CAC avait rendu public son dessein de réformer l’ensemble de l’appareil subventionnaire, jugé non seulement trop lourd, mais désuet à maints égards.

     

    « Nous avons le devoir de simplifier nos processus administratifs et décisionnels pour que les artistes et les organismes consacrent encore davantage leur créativité et leur énergie à la pratique artistique et aux interactions avec le public et moins à se dépêtrer dans le dédale de nos trop nombreux programmes », avait à l’époque plaidé le directeur et chef de la direction du CAC, Simon Brault.

     

    C’est chose faite avec l’instauration, en 2017, à temps pour le 60e anniversaire du CAC, de ce nouveau modèle « simplifié » dont les six programmes se déclinent comme suit : Explorer et créer, consacré à la recherche, au développement et à l’innovation ; Enraciner et partager, en soutient aux organismes pour « la production et la présentation d’activités artistiques courantes, viables et de grandes qualités » ; Créer, connaître et partager l’art autochtone, en appui aux artistes issus des Premières nations ; Renouveler la pratique artistique, voué à l’innovation ; Rayonner au Canada et Rayonner à l’international, afin de favoriser la diffusion, selon l’échelle visée.

     

    L’artiste au coeur du processus

     

    Si le nombre significativement moins élevé de programmes frappe d’emblée l’imaginaire, la « refondation » du CAC, pour reprendre l’expression de Monsieur Brault, réside davantage dans ce que lesdits programmes ne sont plus axés sur les disciplines artistiques. Ce sont les artistes, leurs démarches, mais aussi les tendances et les enjeux du domaine des arts, qui se trouvent désormais au coeur du processus de subvention.

     

    « Les façons de créer et d’entrer en relation avec l’art changent rapidement. Le Conseil des arts amorce un processus de transformation afin de répondre à cette évolution. Notre nouveau modèle de financement en est la première étape. En rendant notre façon d’attribuer les subventions plus ouvertes et plus flexible, nous pourrons mieux répondre aux besoins changeants du secteur artistique et aux attentes des Canadiens qui bénéficient de son dynamisme et de sa créativité », a déclaré Simon Brault mercredi.

     

    Sur le plan budgétaire, les sommes disponibles, elles, ne devraient pas diminuer comme l’a d’ores et déjà indiqué le directeur des Disciplines artistiques du CAC, Roger Gaudet, en écrivant sur son blogue : « Le montant du soutien aux arts accordé aux artistes et aux organismes ne sera pas réduit. »

     

    D’autres détails suivront.

     

     













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.