Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    L’été dans les musées régionaux

    9 mai 2015 | Pierre Vallée - Collaborateur | Actualités culturelles
    Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

    L’été est souvent le moment privilégié où l’on sort de sa région pour aller visiter amis et parents, ou pour tout simplement changer d’air. Pourquoi ne pas en profiter pour aller visiter un musée ? Voici un aperçu de l’offre de quelques musées régionaux.

     

    Musée régional de Rimouski

     

    C’est l’exposition de la photographe américaine Lida Moser que reçoit cet été le Musée régional de Rimouski. « C’est en 1950, pour le compte de la revue Vogue, que cette photographe new-yorkaise découvre le Québec, souligne Francine Périnet, directrice générale. Ses photos, que ce soit des paysages urbains ou ruraux ou des portraits, documentent avec précision le Québec de cette époque. »

     

    L’établissement accueille aussi l’exposition Riopelle indomptable, les migrations du bestiaire, une déclinaison de l’exposition Le bestiaire de Riopelle, un projet de la fille du peintre, Yseult. « Mais chaque exposition du Bestiaire est unique, souligne Ève De Garie-Lamanque, conservatrice de l’art contemporain, car on n’y trouve pas exactement les mêmes oeuvres. Notre exposition repose essentiellement sur le dessin, et l’accent est mis sur la ligne et le trait. De plus, nous présentons la série Lied pour Nelligan, qui comprend seize estampes, en son entier, ce qui est inédit. » Des activités pour enfants et familles sont prévues pour ces deux expositions.

     

    Musée des beaux-arts de Sherbrooke

     

    Le Musée des beaux-arts de Sherbrooke, comme en témoigne sa collection permanente, fait une place particulière aux artistes qui ont un lien avec les Cantons-de-l’Est, mais au final, assure la conservatrice en chef, Sarah Boucher, sa mission est la même que tout musée des beaux-arts.

     

    C’est ce qui explique que l’exposition vedette cet été porte sur Andy Warhol. « L’exposition que nous avons conçue, grâce à l’aide de Paul Maréchal, un spécialiste et collectionneur de l’oeuvre d’Andy Warhol, se concentre sur son travail de graphiste. Warhol a commencé sa carrière comme graphiste pour des revues, mais ce que l’on sait moins, c’est qu’il a pratiqué le graphisme tout au long de sa carrière. L’exposition comprend des affiches et des pochettes de disques, mais aussi des oeuvres plus méconnues, comme des étiquettes de vin et même un timbre. » Des ateliers de création à la manière Warhol seront proposés aux enfants.

     

    Le Musée des beaux-arts de Sherbrooke reçoit aussi les sculptures de Roland Poulin, un artiste québécois spécialisé dans les sculptures métalliques monumentales. « Une de ces sculptures, L’ultime dialogue, est si imposante qu’elle nécessite une grue pour son assemblage. »

     

    Musée québécois de culture populaire de Trois-Rivières

     

    Comme son nom l’indique, le Musée québécois de culture populaire est voué à la culture populaire. « Notre mission, explique Claire Plourde, responsable des communications, est de présenter l’identité unique de la société québécoise dans toutes ses dimensions. » Sa collection ethnologique, qui comprend 70 000 artéfacts, remonte au début de la colonie. « Mais la grande majorité de notre collection se situe entre 1850 et 1950. »

     

    Ce sont les hommes forts du Québec qui sont à l’honneur avec l’exposition En chair et en muscles. « Nous connaissons tous Louis Cyr, mais le Québec a eu plusieurs hommes forts dans son histoire. D’ailleurs, il fut un temps où chaque camp de bûcherons pouvait compter sur un homme fort désigné. » On y verra des photos d’archives, mais aussi des artéfacts, comme des poids et haltères. « Nous avons même plusieurs ceintures que nos hommes forts ont gagnées lors de compétitions. »

     

    Enfants, grands et petits, s’amuseront avec l’exposition plus ludique portant sur les jouets. « Dans mon temps... les jouets présente des jouets datant de 1930 à 1970 qui proviennent de la collection de Jean Bouchard. Les adultes s’y reconnaîtront puisqu’ils ont joué, enfants, avec plusieurs de ces jouets. »

     

    Musée d’art de Joliette

     

    Enfin ! Après deux années de fermeture pour cause de rénovation, le Musée de Joliette sera fin prêt cet été pour accueillir à nouveau les visiteurs. « La rénovation nous a permis de mettre à jour le bâtiment, mais aussi de repenser nos espaces, aujourd’hui plus fenestrés et comprenant des terrasses, explique Annie Gauthier, directrice du musée. On en a aussi profité pour repenser nos pratiques. »

     

    C’est le cas pour l’exposition permanente Les îles réunies regroupant une centaine d’oeuvres de la collection permanente. « Les oeuvres ne sont pas présentées par ordre chronologique, mais plutôt selon des thèmes. Cela nous permet, tout en respectant les thèmes, de renouveler l’exposition au fil du temps, en variant les oeuvres. »

     

    L’établissement accueillera cet été l’exposition temporaire Les structures cristalloïdes. « Ce sont 10 000 origamis qui ont été pliés par des membres de la communauté. Ils seront ensuite assemblés par l’artiste Andrée-Anne Dupuis-Bourret. C’est une façon de souligner l’apport de notre communauté à la rénovation du musée. »

     

    Musée de Lachine

     

    Situé dans l’arrondissement du même nom, et propriété de la Ville de Montréal, le Musée de Lachine se distingue par sa double mission. « Nous sommes un musée d’histoire et d’archéologie, car nous gérons la maison Le Ber-Le Moyne, construite en 1669, raconte Isabelle Lessard, responsable des services éducatifs. Mais nous avons aussi une mission en art contemporain. »

     

    C’est ce qui explique que le Musée de Lachine gère aussi un musée en plein air, en partie situé dans le parc René-Lévesque, près du fleuve, et consacré à la sculpture contemporaine.

     

    « L’exposition que nous présentons cet été, dont le commissaire est René Viau, s’intitule Comme un lac. Elle réunira différentes oeuvres contemporaines, certaines datant des années 1940, d’autres plus récentes, qui abordent toutes le thème du lac. » Plusieurs rallyes, à la maison Le Ber-Le Moyne, ainsi qu’au musée en plein air, sont prévus pour les familles. Fait à noter, l’entrée est libre.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.