Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Musées d’art contemporain

    Lumière sur la ville

    9 mai 2015 | Ludivine Maggi - Collaboratrice | Actualités culturelles
    David Altmejd, The Flux and the puddle (dé?tail), 2014. Avec l’aimable permission d’Andrea Rosen Gallery, New York.
    Photo: James Ewing David Altmejd, The Flux and the puddle (dé?tail), 2014. Avec l’aimable permission d’Andrea Rosen Gallery, New York.
    Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

    Des nouvelles technologies à la sculpture en passant par la céramique, la tapisserie ou la photographie, les musées d’art contemporain de Montréal (MACM), de Baie-Saint-Paul (MACBSP) et des Laurentides (MACL) mettent à l’honneur des artistes de leur ville ou de leur région pour la saison estivale. En solo, à deux, entre amis ou en famille, ces musées vous ouvrent leurs portes cet été avec des expositions de Jon Rafman et David Altmedj, du couple Mariette Rousseau-Vermette et Claude Vermette, ainsi que d’Alain-Marie Tremblay et de sa fille Ève K. Tremblay.


    Pour sa première exposition en musée au Canada, Jon Rafman présentera entre 25 et 30 oeuvres, dont une dizaine sont nouvelles. « Toute la démarche de l’artiste repose sur la place de la technologie dans l’environnement social, explique Mark Lanctôt, le commissaire de l’exposition Jon Rafman. Son travail incite à se questionner sur la façon dont on se positionne face à elle. »

     

    Le travail de Rafman met en relief un double mouvement : son amour pour le potentiel poétique de la technologie, mais aussi son côté aliénant.

     

    Plus accessible aux enfants, la deuxième exposition estivale du MACM, Flux, du sculpteur montréalais David Altmejd, sera un grand bilan critique de son travail. Une trentaine d’oeuvres sera exposée, et deux créations seront spécialement conçues pour Montréal, dont une installation murale in situ qui sera achevée au musée par l’artiste. « Nous irons chercher la matrice de l’oeuvre à son studio, nous l’installerons, puis David viendra la terminer à Montréal, explique la commissaire de l’exposition, Josée Bélisle. Cette oeuvre sera comme un grand geste, un grand souffle d’énergie à même le mur. »

     

    La pièce Flux and the puddle constituera l’oeuvre majeure présentée. « Elle regroupe toutes les préoccupations de l’artiste depuis ces quinze dernières années et toutes les figures qui ont habité son travail : la figure animale avec le loup-garou, la présence végétale, de la lumière, de la transparence, des cristaux, des fils et des fibres », précise la commissaire.

     

    Fruit d’une collaboration entre le Musée d’art moderne de la Ville de Paris et le MACM, cette exposition a été pensée par l’artiste lui-même ainsi que par le musée.

     

    De l’art à l’intérieur et à l’extérieur

     

    Le MACBSP propose, pour la première fois au Québec, l’exposition Ateliers croisés — Mariette Rousseau-Vermette et Claude Vermette. Artisans de la modernité québécoise, du 20 juin au 12 octobre. Une grande rétrospective consacrée à cinq décennies de travail empreint de modernisme et d’artisanat. « Ce couple a marqué les années 1970-1980, assure le directeur général du musée, Jacques Saint-Gelais Tremblay. La tapissière Mariette Rousseau-Vermette a été l’artisane de la modernité, et son mari, le céramiste et peintre Claude Vermette, a été le pionnier de l’art public au Québec. »

     

    Claude Vermette a d’ailleurs su redonner des couleurs aux stations de métro montréalaises, mais aussi à l’édifice de General Motors à New York, tandis que les rideaux de scène de Mariette Rousseau-Vermette ornent le théâtre Maisonneuve de la Place des Arts à Montréal ou encore le John F. Kennedy Center for the Performing Arts à Washington.

     

    Pour l’exposition, 26 tapisseries de Mariette Rousseau-Vermette et 51 objets d’art de Claude Vermette pourront être admirés par le public.

     

    Pourquoi présenter ensemble les oeuvres d’un couple à la carrière bien distincte ? « Ils sont indissociables, répond sans attendre M. Saint-Gelais Tremblay. Leurs oeuvres se font écho. » Bien que leur démarche artistique soit différente, les artistes partageaient des idées, des liens, un contexte historique et sociologique similaires que l’on retrouve dans leur travail.

     

    Une exposition qui tombe à point nommé, 2015 étant l’année des métiers d’art.

     

    Autres activités

     

    Mini-concert du Domaine Forget : concert offert par les étudiants du Domaine sur le parvis du musée en juin (26) et juillet (20-24) à 12 h 30, gratuit.

     

    Le sentier de l’art : parcours photographique en plein air présentant des oeuvres d’artistes ayant participé au Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul. Toutes les oeuvres seront accompagnées d’un texte composé par des personnalités du milieu littéraire et culturel québécois.

     

    La filiation en dialogue

     

    Le MACL a misé sur la relation père-fille pour sa programmation estivale. L’exposition Ça ! rassemblera les oeuvres du céramiste Alain-Marie Tremblay et de sa fille photographe Ève K. Tremblay du 7 juin au 13 septembre. « Il y aura un véritable dialogue entre le travail des deux artistes, jusque dans la scénographie », indique la conservatrice du musée, Andrée Matte.

     

    Les grandes sculptures d’Alain-Marie Tremblay côtoieront les photographies de sa fille, commissaire de l’exposition pour l’occasion.

     

    La mise en perspective du travail du père et de la fille donnera à voir, entre autres, comment le bleu créé par le père, après une erreur de cuisson, a pu influencer le travail photographique de Ève K. Tremblay et y faire son entrée progressive. Les oeuvres de la fille pourront être lues à la lumière de celles du père.

     

    Au total, une cinquantaine d’oeuvres sera présentée. « Entre 10 et 15, essentiellement des travaux de Ève K. Tremblay, seront inédites », certifie Mme Matte. Photographies, installations sculpturales et céramiques prendront donc possession du MACL le temps d’un été.

     

    Autour de l’exposition

     

    Atelier artistique (pour tous) : profitez du matériel mis à votre disposition pour réaliser des sculptures ou des céramiques. Activité libre.

     

    Le Musée joue les premiers : tous les premiers mercredis du mois, le MACL est noctambule. Entrée libre de 17 h à 20 h. Tous les premiers dimanches du mois, le Musée offre le petit-déjeuner. Rencontre avec les artistes Ève K. Tremblay et Alain-Marie Tremblay dans les jardins de ce dernier, le 5 juillet, 10 h, inscription obligatoire.

    David Altmejd, The Flux and the puddle (dé?tail), 2014. Avec l’aimable permission d’Andrea Rosen Gallery, New York. Une des céramiques de Claude Vermette












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.