Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Les Musées de la civilisation lancent un cri du coeur

    Annulations d’expositions à venir, activités de médiation réduites, emplois revus à demi-temps : l’impact des coupes de 994 500 $ dans le budget des Musées de la civilisation de Québec (MCQ) se fera sentir lourdement. D’autant qu’elles s’ajoutent à plusieurs années de compressions.


    « Le service public sera très affecté, affirme au Devoir Michel Côté, directeur général des MCQ, dont le ton traduit un certain désarroi. Des décisions comme ça, ça finit par entacher notre projet culturel et nos responsabilités. » Responsabilités d’actualiser les collections, de développer des liens avec les musées du monde, de faire connaître l’histoire et les composantes de notre civilisation…


    Les MCQ devront retirer deux expositions de leur programme dès 2014. Il n’y en aura notamment aucune nouvelle pour le Musée de l’Amérique francophone. « On gardera les mêmes que cette année,explique le directeur qui prenait la barre du musée en 2010, après dix ans de travail dans les musées français. Et on doit diminuer notre offre de médiation culturelle. »


    Un scénario qui fait boule de neige puisque moins il y a d’expositions et d’activités de médiation, moins il y a de revenus de billetterie et de commandites, souligne M. Côté. « C’est ce que j’appelle une double peine », dit-il. Il songe même à refuser un don important, faute de moyens pour le gérer.


    Vu leur importance, les compressions toucheront aussi aux effectifs. « Toutes les directions font le tour des employés, on fait des hypothèses avec différents scénarios, explique le directeur. Des gens vont tomber à demi-temps, des postes ne seront pas remplacés. »




    De nouvelles responsabilités


    Le discours, quoique plus grave, ressemble à celui qu’il tenait l’an dernier, alors que le budget de fonctionnement de son établissement subissait déjà une ponction de 400 000 $. Une coupe qui en suivait d’autres, fréquentes depuis dix ans.


    « En 25 ans, on a eu de nouvelles responsabilités [le Musée de la civilisation est devenu les MCQ en s’adjoignant le Musée de l’Amérique francophone, le Musée de la place Royale et le Centre national de conservation et d’étude des collections] et en même temps, on a diminué les subventions », résume le directeur. L’enveloppe destinée au fonctionnement n’atteint même plus les 18 millions qu’elle contenait en 1989… Avec l’augmentation des taxes foncières (qui représentent 14 % du budget de fonctionnement) et de l’ensemble des coûts fixes (1,5 %/an), « la marge de manoeuvre est plutôt faible ».


    M. Côté est d’autant plus surpris par l’ampleur de ces coupes que le rapport Corbo sur l’avenir des musées, rendu public à l’automne, signalait l’urgence de réinjecter de l’argent frais dans les musées d’État. « On reconnaissait qu’il manquait environ 10 millions aux musées d’État pour assurer leur mission, souligne-t-il. Les musées d’État sont institutions performantes et structurantes pour la société québécoise. Il faudrait s’assurer d’abord de protéger ces acquis avant de mettre de l’argent dans de nouveaux projets. »



     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel