Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Louise Lecavalier remporte le 29e Grand Prix du CAM

    Louise Lecavalier était émue de recevoir cet honneur.
    Photo: Pedro Ruiz - Le Devoir Louise Lecavalier était émue de recevoir cet honneur.

    L’annonce arrive à point nommé. La danseuse Louise Lecavalier et sa compagnie Le Fou glorieux qui remporte le 29e Grand Prix du Conseil des arts de Montréal (GPCAM), alors que s’amorcent ce jeudi les nouvelles représentations de sa pièce So Blue à l’Usine C.

    « Quel honneur, quel bonheur, quel stress ! » a déclaré, essoufflée par l’émotion, celle qui est pourtant capable de secouer toute seule la scène et le public du théâtre Maisonneuve pendant une heure. S’excusant de devoir lire son mot de remerciement, elle a surtout témoigné, en quelques phrases senties, sa grande reconnaissance envers tous ceux qui ont accepté de plonger avec « une fille de 40 ans passés, un peu handicapée de la hanche, avec deux bébés sur les bras », sans qui la compagnie de danse contemporaine Fou glorieux n’existerait pas.

    Cette première véritable création de son cru, qui a fait l’événement lors du dernier Festival TransAmériques, chapeaute une série d’autres bonnes raisons de saluer cette artiste au parcours légendaire. Égérie d’Édouard Lock alors que La La La Human Steps faisait trembler les scènes du monde, Louise Lecavalier a continué sa trajectoire unique à travers de petites formes (solos, duos) commandées à des artistes souvent inclassables, tels Tedd Robinson, Nigel Charnock et Benoît Lachambre.

    Jan-Fryderyk Pleszczynski, le président par intérim du CAM, a souligné son « énergie foncièrement unique », son « rayonnement sans pareil sur les scènes du monde ».

    Sa pièce So Blue remonte sur scène après une fructueuse tournée internationale. La danseuse est aussi au cœur du court-métrage Off Ground du Néerlandais Boudewijn Koole, présenté en ouverture du Festival des films sur l’art la semaine dernière. Le prix assorti d’une bourse de 25 000 $ remis ce mardi à l’occasion de l’événement du GPCAM qui réunit annuellement des centaines de personnalités du milieu artistique, complète joliment le tour du chapeau, quoi.

    Les autres finalistes du GPCAM s’en tirent très honorablement avec une bourse de 5000 $ chacun, financée par des mécènes. Il s’agit du Centre d’art et de diffusion Clark, de la Cinémathèque québécoise, du Théâtre de l’Œil, de la TOHU, de l’Union des écrivaines et écrivains québécois et de l’ensemble Constantinople. L’an dernier, c’est le Festival TransAmériques qui raflait les honneurs et la belle enveloppe.

    Louise Lecavalier était émue de recevoir cet honneur. Louise Lecavalier dans So Blue, une pièce qui remonte sur scène après une fructueuse tournée internationale.












    Envoyer
    Fermer
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.