Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Iceberg, de Montréal à Bruxelles

    Luminothérapie s’exporte en Europe

    L’œuvre immersive en forme d’arches lumineuses et sonores se déploiera sur la place bruxelloise nouvellement rénovée, du 29 novembre du 5 janvier.
    Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir L’œuvre immersive en forme d’arches lumineuses et sonores se déploiera sur la place bruxelloise nouvellement rénovée, du 29 novembre du 5 janvier.

    Le Quartier des spectacles rayonne, Luminothérapie s’exporte. L’installation interactive Iceberg, qui animait la place des Festivals l’hiver dernier, déménage à la place de la Monnaie à Bruxelles, a appris Le Devoir. Elle fera partie des 12es Plaisirs d’hiver, un événement similaire à Montréal en lumière, dont le programme est dévoilé ce vendredi dans la capitale belge.

     

    L’oeuvre immersive en forme d’arches lumineuses et sonores se déploiera sur la place bruxelloise nouvellement rénovée, du 29 novembre du 5 janvier. Elle a été créée par Atomic3 et Appareil architecture, en collaboration avec Jean-Sébastien Côté et Philippe Jean dans le cadre de l’édition 2012 du concours Luminothérapie mis en oeuvre par le Partenariat du Quartier des spectacles (PQdS).

     

    « On est vraiment content, confirme au Devoir son président, Jacques Primeau. C’est une façon de faire rayonner le génie créatif montréalais dans le domaine des installations urbaines innovantes. On veut que les oeuvres qu’on crée aient une deuxième vie. »

     

    Lors du dévoilement des lauréats de Luminothérapie 2013, à la mi-octobre, les organisateurs signalaient qu’une expertise originale en animation urbaine était en train de se développer à Montréal. Des 12 propositions reçues lors de sa première édition en 2010, le concours en a accueilli 58 cette année. L’aventure tente non seulement des concepteurs de lumière, mais aussi des équipes d’architectes et de designers.

     

    Selon les informations du Devoir, le partenariat avec Bruxelles pourrait s’élargir et voir le concours Luminothérapie lui-même s’exporter. Dès février, si le budget est accordé, le lancement de l’édition 2014 se ferait en parallèle dans les deux villes. Les oeuvres créées pourraient être échangées en 2015.

     

    Jolie façon d’amortir les coûts liés au concours. Chaque année, 300 000 $ sont investis dans les projections et installations.

     

    « On voudrait établir un réseau pour faire circuler les oeuvres davantage », a reconnu M. Primeau, sans aller jusqu’à confirmer nos informations.

     

    Des discussions avec d’autres villes sont d’ailleurs en cours pour donner suite à Mégaphone, expérience interactive de prise de parole dans l’espace public qui occupait la promenade des Festivals jusqu’à lundi dernier. L’installation était conçue par Moment Factory, en partenariat avec le PQdS et l’Office national du film.

     

    Les 21 balançoires de Mélissa Mongiat et Mouna Andraos, qui se déploient sur la même promenade depuis trois printemps, intéressent plusieurs villes, dont New York. Bref, le PQdS récolte les fruits semés depuis dix ans.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.