Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Ici gît Bande à part

    Incubateur de la scène musicale alternative à Radio-Canada depuis les années 2000, la «franchise» Bande à part (BAP) n’est plus. La direction de la radio publique a annoncé hier que tout ce qui entoure la diffusion de la musique émergente sera maintenant intégré dans le site Espace.mu, ce qui implique la fermeture de la plateforme Web bandeapart.fm et la fin des émissions que BAP produisait à la Première chaîne et sur Espace Musique. De la dizaine d’employés qui y travaillaient, cinq ont perdu leur emploi, les autres seront intégrés à l’équipe d’Espace.mu.

     

    La directrice générale par intérim d’Espace musique, Marie-Philippe Bouchard, a expliqué au Devoir que la décision a été forcée par le retrait de deux des trois sources de financement de BAP. La chaîne satellite Sirius XM a retiré ses billes en avril, alors que les compressions budgétaires imposées à la Première chaîne par Ottawa ont poussé ses dirigeants à couper «dans les émissions diffusées à heure de faible écoute », dit Mme Bouchard. «Avec Espace Musique, c’était une troïka, et deux pattes du trépied sont tombées. On ne pouvait pas les supporter tout seul.»

     

    Conséquence, «il n’y aura plus d’émissions nichées sur la culture et la musique émergente», mais Radio-Canada veut intégrer à Espace Musique et à la Première chaîne «le son et l’esprit de Bande à part dans l’ensemble de son offre musicale». Marie-Philippe Bouchard reconnaît que ce ne sont pas toutes les musiques qui pourront s’y trouver une place, mais elle mise sur les nouveaux ajouts à la grille ainsi que sur des émissions comme PM. «Il y a un souci de garder le contact avec la scène émergente et de la stimuler avec Espace.mu», ajoute-t-elle. 

     

    Radio-Canada a souligné qu’elle continuera de couvrir des événements comme Les Francouvertes, le Festival de musique émergente en Abitibi-Témiscamingue et le Festival musical indépendant Diapason à Laval.

     

    Selon Mme Bouchard, le défi sera désormais de «mettre en valeur l’actif de Bande à part». Les riches archives du site seront d’ailleurs conservées sur le site d’Espace.mu. La direction n’a pas voulu préciser qui de l’équipe de BAP perdrait son emploi, mais a dit que ceux qui resteraient seraient redirigés vers Espace.mu. 

     

    Bande à part était non seulement une tribune de choix pour les artistes en déficit de diffusion, mais aussi une pépinière à animateurs pour la radio publique. «Mon souhait, mon espoir, c’est que les talents, on puisse les garder dans la nébuleuse de Radio-Canada.», a avoué Marie-Philippe Bouchard. 

     

    Il y a quelques semaines, Radio-Canada avait annoncé que l’émission Bande à part, diffusée le vendredi soir, ne serait pas en ondes pour l’été. Déjà en 2011, BAP avait été forcé de mettre à pied deux de ses animateurs et deux de ses employés hors micro, encore une fois en raison de compressions budgétaires.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel